fbpx
Photo : Martin Ménard / TCN

Photo : Martin Ménard / TCN

Luzerne : survie à l’hiver ou rendement?

La productivité des cultivars de luzerne est affectée par leur adaptation au gel. Les cultivars peu dormants sont plus productifs que ceux qui le sont fortement, mais leur survie à l’hiver est moindre. Malgré une corrélation phénotypique, c’est-à-dire une caractéristique similaire, élevée entre la dormance automnale et la survie à l’hiver, la corrélation génotypique, ou patrimoine génétique, est relativement faible, ce qui suggère que ces deux caractères peuvent être améliorés simultanément.

Des chercheurs ont développé une nouvelle approche de sélection entièrement réalisée en conditions contrôlées afin de choisir certains cultivars pour augmenter la tolérance au gel tout en réduisant la dormance automnale. Pour ce faire, une population initiale constituée de 3 000 génotypes de luzerne a été exposée à des cycles successifs de sélection pour la survie à un gel sévère (-20 0C℃) et un regain rapide sous une photopériode de 12 heures. Après trois cycles, les 50 génotypes ayant la croissance la plus vigoureuse, donc les plus tolérants au gel et les moins dormants, ont été identifiés et intercroisés afin de générer une nouvelle population. Cette dernière est maintenant plus tolérante au gel et moins dormante.

Nouveau protocole prometteur

Cette approche a été utilisée pour améliorer trois cultivars de luzerne dont les niveaux de dormance sont contrastés. Il s’agit de Peace et de Yellowhead, deux cultivars très résistants au gel, très dormants et peu productifs, et de 6010, un cultivar très sensible au gel, peu dormant et très productif. Trois populations ont ainsi été obtenues : Peace D1 et Yellowhead D1 sont issues d’un cycle de sélection et 6010 DTF2 est le fruit de deux cycles de sélection. Ces nouvelles venues ont été évaluées au champ afin d’estimer leur progrès. Des essais agronomiques ont été réalisés sur quatre sites à travers le Canada, dont deux au Québec, un en Saskatchewan et un dernier en Alberta. Le but était d’évaluer les progrès obtenus sous différentes conditions climatiques.

Sur chaque site, la dormance automnale et la survie à l’hiver ont été mesurées. Ces essais ont aussi confirmé l’efficacité de l’approche. En effet, sur tous les sites, les luzernes choisies de Peace D1 et de Yellowhead D1 étaient moins dormantes que les cultivars de départ. La survie à l’hiver de la population sensible au gel 6010 DTF2 était supérieure à celle du cultivar de départ alors que sa dormance n’a pas été affectée par la sélection.

Ce nouveau protocole permettra d’accélérer le développement de cultivars de luzerne à la fois persistants et productifs, garantissant ainsi une meilleure rentabilité à long terme des fermes laitières et bovines du Canada.

Qu’est-ce que…

Le génotype : C’est le patrimoine génétique d’un individu.

Le phénotype : C’est la façon dont le génotype se manifeste. Il décrit donc l’apparence ou l’état d’un individu pour un ou plusieurs caractères.

Annick Bertrand, Annie Claessens, Solen Rocher, Vern Baron et Mike Schellenberg, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Ce projet a été financé par d’Agriculture et Agroalimentaire Canada en collaboration avec les Alberta Beef Producers et le Beef Cattle Research Council