fbpx
Des essais ont été implantés dans trois différents sites au Québec (Normandin, Belœil et La Pocatière) en 2019 afin de déterminer, dans une culture de luzerne, l’efficacité des traitements fongicides sur les rendements, l’incidence des maladies foliaires, la qualité des fourrages et la rémanence des fongicides dans le sol. Photo : Gracieuseté Julie Lajeunesse, AAC

Des essais ont été implantés dans trois différents sites au Québec (Normandin, Belœil et La Pocatière) en 2019 afin de déterminer, dans une culture de luzerne, l’efficacité des traitements fongicides sur les rendements, l’incidence des maladies foliaires, la qualité des fourrages et la rémanence des fongicides dans le sol. Photo : Gracieuseté Julie Lajeunesse, AAC

Les effets des fongicides dans les luzernières du Québec

Certaines maladies foliaires peuvent apparaître sur la luzerne durant la saison et ainsi diminuer la biomasse et la qualité du fourrage. Des essais ont été implantés dans trois différents sites au Québec (Normandin, Belœil et La Pocatière) en 2019 afin de déterminer, dans une culture de luzerne, l’efficacité des traitements fongicides sur les rendements, l’incidence des maladies foliaires, la qualité des fourrages et la rémanence des fongicides dans le sol.

Deux cultivars de luzerne (AC Mélodie et Calypso) ont été semés. Deux fongicides (Priaxor® et Acapela®) et un témoin (sans fongicide) ont été évalués au cours de l’année 2020 sur ces cultivars. Chacun des fongicides a été appliqué une ou deux fois au cours de la saison. Puisque la survie de la luzerne était faible au site de La Pocatière, seuls les sites de Normandin (deux coupes) et de Belœil (quatre coupes) ont été évalués en 2020. La coupe de la luzerne a été faite au stade début floraison.

Aux deux sites, des maladies foliaires ont été observées. En début de saison, des plants affectés par la tige noire de la luzerne causée par Phoma medicaginis ont été observés sur les deux sites. À partir d’août, la tache commune causée par Pseudopeziza sp. a été observée à Normandin alors qu’au site de Belœil, la tache causée par Phoma medicaginis était présente. Les traitements fongicides n’ont eu aucun effet significatif à Normandin. Cependant, l’application des fongicides a diminué l’incidence de la maladie au site de Belœil. L’évaluation des ­maladies foliaires à ce site, avant la troisième coupe, a démontré que l’incidence des taches foliaires était moindre avec l’application de Priaxor® (17,5 %) comparativement à Acapela® (21,4 %) et au traitement témoin (21,9 %). Cependant, l’application de fongicides n’a pas affecté le rendement en matière sèche (MS) total de la luzerne (6,0 t MS/ha et
11,7 t MS/ha pour Normandin et Belœil respectivement). Également, l’application de fongicide n’a eu aucune incidence sur la qualité nutritive de la luzerne.

La rémanence des fongicides dans le sol a été évaluée dans les parcelles ayant reçu une seule application de Priaxor® ou Acapela® comparativement au traitement témoin. L’analyse, effectuée à l’automne 2020, a démontré que seul Priaxor® était présent (2,1 ppb à Belœil et 9,7 ppb à Normandin) dans les sols. Aucun fongicide n’a été détecté dans les parcelles témoins et celles traitées avec Acapela®. Cet essai se poursuit en 2021 et permettra également d’évaluer la rentabilité économique de l’application de fongicides foliaires en production fourragère à dominance de luzerne. 

Julie Lajeunesse, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Céline Georlette, Centre de développement bioalimentaire du Québec, Marie Bipfubusa, Centre de recherche sur les grains, Hélène Brassard du ministère de ­l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

Ce projet a été réalisé en vertu du sous-volet 3.1 du programme Prime-Vert 2018-2023 et a bénéficié d’une aide financière du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.