fbpx
Un jeune cheval en croissance devrait avoir un fourrage assez riche en protéines et en énergie, ce qui n’est pas adéquat pour un cheval mature et peu actif. Photo : Archives/TCN

Un jeune cheval en croissance devrait avoir un fourrage assez riche en protéines et en énergie, ce qui n’est pas adéquat pour un cheval mature et peu actif. Photo : Archives/TCN

Le foin pour les chevaux

Les chevaux ne digèrent pas le foin de la même façon que les ruminants, ne bénéficiant pas de la protéine microbienne présente dans le rumen de ces derniers. De plus, les ruminants peuvent aussi digérer la fibre dans le gros intestin, ce qui leur donne deux occasions de mieux digérer les fourrages.

Le foin mature de graminées est-il donc idéal pour les chevaux? Ce n’est pas si sûr, selon Lori K. Warren, spécialiste des chevaux au ministère de l’Agriculture de l’Alberta. Les caractéristiques recherchées pour le foin doivent être en fonction de l’activité du cheval. Par exemple, un jeune cheval en croissance doit avoir un fourrage assez riche en protéines et en énergie, ce qui n’est pas adéquat pour un cheval mature et peu actif.

En principe, il faudrait donner au cheval mature de très petites quantités de ce foin pour satisfaire ses besoins, sinon il deviendrait trop gras. Le cheval s’ennuie s’il n’a rien à grignoter pour de longues périodes et mâche les planches, les piquets ou la queue de ses voisins.

L’autre problème pour définir la qualité du foin des chevaux est que nous ne connaissons pas le minimum de fibre au détergent neutre (FDN) et acide (FDA) requis pour maintenir la santé du système digestif. La seule règle acceptée pour éviter des problèmes digestifs au cheval est qu’il devrait consommer au moins 1 % (idéalement 2 %) de son poids sous forme de fourrages.

Et c’est là que le problème se complexifie. Il n’y a pas la même quantité de fibre (en kg) si l’on donne 1 % de luzerne par rapport à 1 % de fléole. En dépit de ces réserves, nous pouvons faire des recommandations générales pour différentes classes de chevaux.

  • Chevaux matures, peu actifs ou qui doivent perdre du poids : 7 à 8 % de protéines et moins de 38 % de FDA (graminées)

  • Chevaux à l’entraînement et en compétition : 8 à 12 % de protéines et moins de 36 % de FDA (graminées ou mélange)
  • Femelle en fin de gestation et jeunes chevaux en ­croissance :14 % et plus de protéines et moins de 36 % de FDA (foin mélangé avec bonne proportion de luzerne)

Il y a beaucoup de chevaux au Québec, ce qui fait beaucoup de foin à consommer. Assurez-vous de donner le bon foin au bon ­cheval.