fbpx
Le rôle principal du chaulage est de corriger l’acidification graduelle du sol. Photo : Gracieuseté du CQPF

Le rôle principal du chaulage est de corriger l’acidification graduelle du sol. Photo : Gracieuseté du CQPF

Le chaulage : pour des prairies généreuses et résilientes

Les plantes ont besoin d’eau, d’air et d’éléments nutritifs pour leur croissance. Pour pouvoir maximiser ses rendements et nourrir adéquatement ses animaux, il faut donc répondre aux besoins de celles-ci.

Afin d’offrir les meilleures conditions de croissance à ses prairies, le chaulage s’avère incontournable. Il permet d’obtenir des rendements en quantité et en qualité, puisque l’apport d’amendements chaulants optimise les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, en plus d’apporter du calcium et du magnésium.

Le rôle principal du chaulage est de corriger l’acidification graduelle du sol. En maintenant un pH adéquat, on augmente la biodisponibilité des éléments nutritifs essentiels dans la solution du sol, on minimise l’effet de toxicité de l’aluminium et on améliore la capacité d’échange cationique (CEC). Les légumineuses étant plus sensibles que les graminées à un pH acide, une attention est requise pour ne pas nuire à la nodulation.

En favorisant la biodisponibilité des éléments nutritifs, le pH adéquat permet un meilleur développement racinaire. Plus nombreuses, les racines exploreront un plus grand volume de sol. Le chaulage favorise aussi la minéralisation des matières organiques fraîches apportées au sol. Il stimule la croissance bactérienne, dont les rhizobiums responsables de la fixation symbiotique de l’azote par les légumineuses.

Le chaulage joue un autre rôle très important, mais souvent méconnu : il améliore les propriétés physiques du sol. Avec l’acidification, le sol perd du calcium par lixiviation, ce qui diminue sa stabilité structurale. Le chaulage contribue à améliorer la structure du sol, qui devient alors plus aéré et meuble. La préparation du lit de semence et la levée sont facilitées. La microporosité créée permet une meilleure aération et favorise les remontées capillaires de l’eau présente plus en profondeur. Les dommages causés par la battance sont ainsi diminués et le sol chaulé est moins sensible à l’encroûtement. Le chaulage permet aussi de restaurer, voire d’augmenter, la capacité du sol à retenir les éléments nutritifs comme le calcium, le magnésium et le potassium.

Pour établir le bon diagnostic et obtenir une recommandation adaptée, une consultation avec un ou une agronome sera fort utile. Celui-ci vous guidera pour choisir le bon produit selon les critères de qualité (IVA, PN, contenu en Ca et Mg et granulométrie), la dose, le moment et le mode d’application.   

Sylvie Richard, agr., coordonnatrice de l’Association des producteurs de pierre à chaux du Québec (APPCQ)