fbpx
Les producteurs laitiers qui visent à réduire la différence alimentaire cations-anions (DACA) des rations prévêlage des vaches taries devraient favoriser la fléole des prés, peu importe le cultivar. Photo : Shutterstock

Les producteurs laitiers qui visent à réduire la différence alimentaire cations-anions (DACA) des rations prévêlage des vaches taries devraient favoriser la fléole des prés, peu importe le cultivar. Photo : Shutterstock

La fléole des prés à faible DACA pour les vaches taries

La fièvre vitulaire, ou fièvre de lait, et l’hypocalcémie chez la vache laitière sont la résultante de bas niveaux de calcium dans le sang après le vêlage.

Afin de réduire leur incidence, on cherche à servir avant le vêlage une ration ayant une différence alimentaire cations-anions (DACA) négative, ce qui permet de démarrer la mobilisation du calcium osseux, processus qui permettra de maintenir le niveau de calcium sanguin en début de lactation.

L’utilisation de fourrages avec une faible DACA, soit autour de 50 milliéquivalents (mEq)/kg, permettrait de réduire économiquement la DACA de la ration des vaches taries tout en réduisant l’ajout de sels anioniques.

Des échantillons de fourrages de deux cultivars de brome inerme, deux de brome des prés, trois de dactyle pelotonné, deux de fétuque élevée et quatre de fléole des prés ont servi pour cette expérience. Les cations et anions apparaissant dans l’équation de la DACA : [(Na+ + K+) – (Cl- + S-2)] ont été déterminés sur ces échantillons.

Les analyses démontrent que la DACA varie entre les espèces. La DACA de la fléole, avec 384 et 332 mEq/kg MS (matière sèche) en première et deuxième coupes, est pratiquement deux fois plus faible que celle du dactyle, avec 656 et 633 mEq/kg MS pour les mêmes coupes. Les autres espèces avaient des valeurs intermédiaires. Il n’y avait pas de différence de DACA entre les cultivars de fléole des prés, qu’ils soient hâtifs ou tardifs.

Les producteurs laitiers qui visent à réduire la DACA des rations prévêlage des vaches taries devraient favoriser la fléole des prés, peu importe le cultivar. D’autres facteurs de régie doivent toutefois être utilisés si l’on veut réduire la DACA des fourrages à un niveau de 50 mEq/kg. Produire des fourrages sur des sols dont les teneurs en potassium sont faibles et utiliser une fertilisation chlorée apparaissent comme des options intéressantes. 

Hélène Brassard, agr., MAPAQ

Guy Allard, Pôle PFQ (plantes fourragères du Québec)