fbpx

Hauteur de la fauche de luzerne lors d’une sécheresse

Si la luzerne est courte et qu’elle fleurit parce qu’elle est stressée par une sécheresse, il est plus prudent d’attendre le stade pleine floraison avant de la faucher, et ce, à une hauteur normale, suggèrent le professeur Rory Lewandowski et le spécialiste en plantes fourragères Mark Sulc, de l’Université de l’Ohio.

La luzerne pousse plus lentement lorsqu’elle commence à fleurir, et elle arrête sa croissance lorsqu’elle atteint la pleine floraison. Par conséquent, la différence de rendement obtenu si l’on fauche après le début de la floraison sera très minime. Lors d’une sécheresse, la qualité diminue plus lentement. Ainsi, attendre pour faucher au stade pleine floraison aidera la plante à faire ses réserves en hydrate de carbone.

Si la luzerne est fauchée durant une période de sécheresse, il n’y a aucun avantage à augmenter la hauteur de coupe, mentionnent les experts. La luzerne pourrait alors repousser davantage à partir des boutons axillaires qui se retrouvent sur le chaume plutôt que ceux qui se situent sur la couronne, et produire des tiges plus petites qui donneront moins de rendement. C’est pourquoi il est préférable de récolter la luzerne à une hauteur normale afin d’aller chercher le maximum de rendement.

Une autre façon de contrer la perte de rendement des fourrages dans ces conditions est d’envoyer les animaux aux pâturages. Cependant, il est important de prendre des précautions pour éviter que le bétail n’ait des problèmes de ballonnement. Par exemple, il faut éviter d’envoyer des animaux affamés dans une luzerne ou de faire pâturer celle-ci lorsqu’elle est couverte de rosée. Selon Lewandowski et Sulc, la sécheresse affecte la luzerne de trois façons :

• Lorsque les plantes sont en stress hydrique 14 jours après la fauche, le nombre de ramifications basales et de tiges produites par plant est réduit;
• La longueur des entrenœuds sur les tiges est aussi réduite en cas de stress hydrique. On observe même des signes de début floraison sur des plants de 10 à 15 cm à peine;
• La croissance et la taille des feuilles sont aussi affectées, mais beaucoup moins que la taille des tiges. Il en résulte que le ratio feuille-tige et la qualité fourragère sont supérieurs comparativement à ce qui se produit dans des conditions de croissance normales.

Tiré d’un article (“Cut Droughty Alfalfa at Normal Heights”) paru sur le site de Hay & Forage Grower