fbpx

Et si l’on parlait de bris des collets de la luzerne?

Depuis deux ans, je conseille à répétition aux producteurs de ne pas aller dans le champ pour épandre du fumier plus de quatre jours après la fauche de luzerne. Je me rends compte que je devrais spécifier que cela s’applique également à l’automne et au printemps, et aussi lorsque vient le temps de retirer les balles rondes du champ.

Compliqué? Pourtant, il y a de bonnes raisons à cela. La perte de rendement est principalement causée par le passage des machines qui brisent les nouvelles pousses au niveau du collet de la luzerne. Les recherches ont démontré que quatre jours après la coupe, les pertes de luzerne sont de 25 % aux endroits où passe le tracteur. Sept jours après la coupe, celles-ci montent à près de 50 %. À des taux pareils, il est à peu près sûr que les traces de tracteur paraîtront pour le reste de la durée de vie de la prairie.

De plus, les pneus à carcasse diagonale utilisés sur la plupart des remorques et des épandeurs brisent aussi les collets. Je comprends très bien qu’il est parfois inévitable de se rendre au champ si l’on veut vider la fosse au printemps ou tard à l’automne. Dans les cas où le délai des quatre jours recommandés ne peut être respecté, référez-vous à votre agronome.

Pour ma part, lorsque je rencontre un client qui doit tout de même se rendre au champ, on évalue ensemble les options les moins dommageables :

• Effectuer l’épandage de fumier sur le sol des prairies à plus forte teneur en graminées ou qui doit prochainement être retourné;

• Faire des amas au champ;

• Améliorer la portance du champ.

Puisque chaque situation est différente selon l’entreprise, il se peut que la solution jugée la plus appropriée pour votre voisin ne soit pas adéquate chez vous. Bonne saison!

 

Émilie Douville, agr.
Club Lavi-Eau-Champ