fbpx

Déficience en soufre dans la luzerne

La luzerne est la culture ayant les besoins en soufre (S) les plus élevés. En moyenne, une récolte de luzerne de 9 t/ha prélève 22,4 kg/ha de soufre. Les plants carencés en soufre seront étiolés et chétifs.

Les effets d’une carence en soufre peuvent être marqués ou nuls. L’échantillonnage des tissus de luzerne est une méthode efficace pour déterminer si un apport en soufre entraînera ou non un gain.

La disponibilité du soufre varie d’un site à l’autre, d’une année à l’autre, et en fonction des conditions climatiques. En plus, la teneur en matière organique (m.o.) du sol a également une influence sur sa disponibilité.

Les signes d’une carence en soufre

• Les carences se manifestent souvent dans les sols pauvres en m.o. et apparaissent d’abord sur les monticules érodés;
• Les plants sont chétifs, étiolés, et uniformément vert pâle ou jaunâtres comparativement aux plants sains où la partie supérieure est jaune et la partie inférieure est verte;
• L’ensilage de luzerne carencée peut avoir une teneur en protéine brute inférieure de trois unités de pourcentage ou moins à l’ensilage de luzerne non carencé;
• On parle d’une carence lorsque la teneur en soufre de la luzerne est inférieure à 0,25 % de la matière sèche.

Moment d’application

• Le soufre doit être sous forme de sulfate pour être utilisable par la plante;
• On suggère une application de sulfate au printemps lorsque la culture commence à verdir;
• Le soufre élémentaire (0-0-0-90) est transformé en sulfate par oxydation par les bactéries du sol. Il est donc libéré plus lentement. Un apport de 56 kg/ha au moment de l’établissement devrait être suffisant pour une luzernière d’une durée de vie de trois ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Landry-Blais, agr.
DuPont Pioneer