fbpx

La combinaison des drêches de maïs avec les fourrages

Grâce à l’augmentation de la production d’éthanol à partir du maïs, on dispose d’une plus grande quantité de drêches. L’utilisation de ce sous-produit en alimentation animale est économiquement avantageuse. En plus, les caractéristiques nutritives des drêches peuvent être profitables. Elles sont entre autres une source de protéines non dégradables dans le rumen. Les drêches de maïs sont donc un complément intéressant aux fourrages et aux protéines microbiennes. 

Il faut toutefois faire attention puisque les drêches de maïs sont faibles en lysine, ce qui peut devenir problématique si aucune autre source de protéines n’est fournie par la ration. De plus, les drêches renferment une quantité importante de fibres au détergent neutre (NDF), mais celles-ci sont considérées comme inefficaces. Les fibres efficaces sont essentielles au bon fonctionnement du rumen. Il faut s’assurer d’avoir un apport en fibres efficaces adéquat provenant des fourrages, soit au moins 21 % de NDF fourrager. 

Autre atout : les drêches de maïs contiennent du gras disponible dans le rumen. Un des avantages du gras est son apport en énergie à la ration. Lorsqu’on a un fourrage peu énergétique, le gras permet d’améliorer le bilan en énergie de la ration. Une étude américaine a démontré une augmentation de la production laitière grâce à l’utilisation de drêches de maïs. Selon les chercheurs, cela serait en grande partie attribuable au gras contenu dans cet aliment. Les résultats ont révélé que le pourcentage de matières grasses du lait avait diminué et que la quantité totale de gras produite était restée similaire. 

Une trop forte proportion de gras disponible dans le rumen réduit toutefois l’efficacité d’utilisation des fourrages. Lorsqu’on nourrit les vaches avec des drêches de maïs, il est important de s’assurer de ne pas leur donner trop de gras. Cela semble simple à première vue, mais comme la composition des drêches est très variable selon le lot, il est essentiel de faire analyser chaque lot qui entre à la ferme.

Finalement, l’utilisation des drêches de maïs peut-être intéressante tant économiquement que d’un point de vue nutritif. Il faut toutefois faire un bon suivi alimentaire pour ne pas qu’elle devienne problématique. 

Édith Charbonneau, agr. Département des sciences animales, Université Laval