fbpx
Lorsque le recours aux plantes couvre-sol est combiné à d’autres bonnes pratiques de gestion, cela peut contribuer à améliorer la santé du terreau. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Lorsque le recours aux plantes couvre-sol est combiné à d’autres bonnes pratiques de gestion, cela peut contribuer à améliorer la santé du terreau. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Choix de couvre-sol après la récolte

Quelles sont les meilleures espèces de plantes couvre-sol à utiliser à la fin de l’été ou après la culture de blé, de maïs ensilage ou autre? Celles-ci, notamment le ray-grass, peuvent contribuer à améliorer la structure du sol, à réduire les pertes d’éléments nutritifs, à empêcher l’érosion, à fixer l’azote, à augmenter la portance de la machinerie et beaucoup plus encore.

Par contre, les cultures couvre-sol ne sont pas une solution magique aux problèmes de sol. L’utilisation du radis pour contrer la compaction du sol en est un très bon exemple. Toutefois, lorsque le recours à ces plantes est combiné à d’autres bonnes pratiques de gestion, cela peut contribuer à améliorer la santé du terreau.

Régénérer le sol

Le trèfle est encore l’une des meilleures options comme plante couvre-sol dans le blé d’automne, car il génère des crédits d’azote pour la culture subséquente et la croissance de ses racines et de son feuillage est très abondante. Si l’implantation de trèfle n’est pas possible ou qu’il ne s’est pas bien établi, on peut alors envisager de semer une plante couvre-sol après la récolte d’une culture céréalière. Plusieurs pensent que les céréales qui poussent naturellement peuvent faire l’affaire, mais un couvre-sol peut produire jusqu’à cinq fois de la biomasse aérienne et de la biomasse racinaire. Il peut également étouffer la croissance des mauvaises herbes, chose que les céréales spontanées n’ont pas la capacité de faire.

Le choix du couvre-sol utilisé dans un champ dépend des objectifs fixés pour cette parcelle. Il est important d’y réfléchir et d’examiner les différentes façons de l’intégrer dans un système cultural tout en prenant compte de sa période de développement.

Moment opportun

Il faut semer ce type de plantes dès que possible après la récolte d’une culture céréalière ou autre afin d’en assurer une croissance maximale. Une autre bonne occasion de semer le couvre-sol est à la suite de la récolte du maïs d’ensilage, puisque son retrait n’offre que peu de protection au sol. Les couvre-sol annuels sont une option intéressante, car ils peuvent être semés jusqu’à six semaines avant un gel mortel.

Adam Hayes, spécialiste de la gestion des sols, grandes cultures, et Anne Verhallen, spécialiste de la gestion des sols, horticulture pour le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario et le ministère des Affaires rurales