fbpx
Photo : Archives TCN

Photo : Archives TCN

C’est la fin de la saison

Le soleil est radieux, les couleurs d’automne nous quittent tranquillement, laissant les majestueuses forêts dégarnies. Dans les champs, c’est la fébrilité des grandes récoltes; il faut couvrir tant de superficies en si peu de temps! Chaque opportunité compte. Les agriculteurs, responsables du transport ainsi que des centres de séchage, de conditionnement et de transbordement, sont des champions de la logistique.

Dans les grands médias agricoles, La Terre de chez nous en particulier, nous avons pu lire durant cette saison de culture plusieurs chroniques traitant de la production fourragère. Évidemment, fidèle à une tradition bien ancrée, la chronique du Conseil québécois des plantes fourragères (CQPF) a complété la page Agrométéo. Celle-ci, qui a commencé à être publiée vers la fin avril, est revenue fidèlement toutes les semaines jusqu’à la fin octobre.

Au mois de juillet, les lecteurs ont découvert un cahier traitant de l’industrie des plantes fourragères. Puis, régulièrement, à chacune des trois coupes de fourrages, nous avons découvert les hauts et les bas de la récolte de foin ou d’ensilage chez des agricultrices et agriculteurs dont le visage nous est finalement devenu familier. Nous avons partagé leurs espoirs et leurs déceptions en faisant le bilan d’une coupe allant de très bonne à décevante. Nous avons ainsi découvert les grandes régions productrices de fourrages au Québec.

Dans certaines régions, il a fallu improviser et revoir toute la planification. Les plantes avaient disparu dans la totalité des champs, du jamais vu au dire des observateurs expérimentés. La résilience des acteurs de l’industrie a été testée une fois de plus. Loin d’être idéal, le bilan de la saison est disons… respectable.
Pôle d’expertise en plantes fourragères

Afin de réaliser son plein potentiel pour saisir toutes les opportunités des divers marchés, y compris l’utilisation efficiente à la ferme, l’industrie des plantes fourragères a besoin que l’on s’en préoccupe davantage à tous les niveaux. Nous sommes toutes et tous en attente du futur Pôle d’expertise en plantes fourragères. Nous demeurons convaincus que cet outil de coordination et de concertation associé au transfert technologique doit impérativement prendre sa place dans un avenir rapproché. Entourés d’experts du Groupe Agéco, les membres du comité Pôle d’expertise sont convaincus de proposer un projet emballant qui saura rallier les différents acteurs. Vous pouvez découvrir leur mandat dans l’édition no 2 de 2019 de L’Écho fourrager en visitant le site cqpf.ca.

Merci à la direction de La Terre de chez nous d’avoir réservé de l’espace dans le journal pour informer les lectrices et lecteurs sur les cultures de fourrages de toutes les régions agricoles du Québec, qui occupent pratiquement la moitié des terres réservées à la production. Permettez-moi de signaler le travail assidu des chroniqueuses et chroniqueurs qui ont fourni des articles captivants semaine après semaine.

Alphonse Pittet, président du CQPF