fbpx

Visibilité des machines agricoles : une pénurie de pièces?

Plusieurs producteurs affirment qu’ils ne pourront se conformer à temps au nouveau règlement portant sur la visibilité des machines agricoles du fait que les pièces et accessoires demandés sont en rupture de stock.

La Terre a contacté différents détaillants du Québec afin de connaître l’état de la situation, et au terme de ce petit sondage, il semble en effet que les producteurs aient raison. Près de Rivière-du-Loup, Nicolas Jean, commis aux pièces chez Alcide Ouellet et fils, pointe plusieurs délais de livraison : « Pour les bandes réfléchissantes, c’est correct. Mais pour les bras extensibles de feux clignotants, nous sommes en rupture de stock. J’en ai 10 en commande. Ça prendra environ 15 jours à 3 semaines pour les avoir. Idem pour les feux clignotants qu’on fixe derrière les équipements : deux à trois semaines d’attente », énumère-t-il.

Estrie : « Certains vont devoir attendre »

Un son de cloche similaire résonne en Estrie : « Les extensions de clignotant pour les roues doubles sont “BO” depuis un mois. Certains fournisseurs nous disent qu’ils vont débloquer bientôt, d’autres ne nous donnent même pas de dates! » explique Mario Bissonnette, commis aux pièces au Centre Agricole de Coaticook. Il ajoute que dans son secteur, le pire pourrait être à venir. « Le gros rush n’est pas commencé! Plusieurs n’ont rien de fait, et ceux qui vont venir nous voir à la dernière minute risquent d’avoir une surprise. On va faire une petite réserve de pièces et on va essayer de se débrouiller pour leur en trouver, mais il risque d’y avoir une pénurie encore plus grande. Certains vont devoir attendre, c’est sûr », prédit M. Bissonnette, qui travaille dans un concessionnaire Case IH.

Saint-Hyacinthe : « Ça va être serré pour les semis »

Le détaillant John Deere de Saint-Hyacinthe, Équipements Laguë, éprouve aussi des problèmes de disponibilité. « Il nous manque des extensions de feux clignotants pour les roues doubles. Le délai de livraison est d’environ trois semaines à un mois. Ça va être serré pour les semis », reconnaît le gérant des pièces Éric Marien. La case est également vide pour les bandes réfléchissantes (délai d’environ une semaine), tout comme pour les ensembles de feux clignotants qui se fixent à l’arrière de la machinerie. « Il n’y a pas beaucoup de fournisseurs », explique M. Marien.

Centre-du-Québec : « On essaie de trouver ce qu’on peut »

Jean-Guy Rheault, copropriétaire du Centre Agricole Nicolet-Yamaska, affirme que certaines pièces manquent dans sa concession : « Nous avons des bandes réfléchissantes et des feux pour installer derrière les équipements. Pour les extensions de feux clignotants, dans les marques génériques, ça va, mais des ensembles de compagnies, non ». Son commis aux pièces, Gilles Deshaies, renchérit : « Les extensions de feux clignotants de marque Case, il paraît que nous ne pourrons pas en avoir avant le mois de juillet! Et nous sommes en train de vider l’inventaire de notre fournisseur pour les feux clignotants allant au-dessus des roues doubles. Ce n’est pas des farces, nous en sommes rendus à acheter des feux rouges et à changer les vitres pour mettre des jaunes; il n’y a plus de jaunes nulle part! On essaie de trouver ce qu’on peut! » décrit-il, insinuant du même souffle que leur débrouillardise aura peut-être ses limites.

Saguenay–Lac-Saint-Jean : « On s’était préparé cet hiver »

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, on semble éprouver moins de problèmes avec la disponibilité des éléments de visibilité exigés par le nouveau règlement. Deux concessionnaires contactés affirment avoir les fameux articles en stock. L’un manque seulement de bandes réfléchissantes avec quelques jours de délai. Chez l’autre, le dépositaire John Deere Maltais & Ouellet inc, les rallonges pour les feux clignotants font défaut. « Mais nous les aurons dans sept à huit jours », assure Denis Vézina, directeur des pièces. Lui et son équipe avaient pris l’initiative de présenter les différents éléments obligatoires à l’entrée du magasin. « Bandes réfléchissantes, gyrophares et feux clignotants réglementaires : on s’était préparés juste après les Fêtes en les installant directement dans notre salle d’exposition. Et nous faisons fonctionner les lumières tous les jours, afin que les producteurs les voient bien », précise M. Vézina.

Des frais assez importants

Certains producteurs se sont décidément allégés d’une somme importante pour se conformer au nouveau règlement. Chez Équipements Laguë, à Saint-Hyacinthe, les rallonges de feux clignotants pour roues doubles valent près de 475 $ chacun. « Un producteur qui doit acheter des rallonges pour quatre tracteurs et des feux clignotants pour deux ou trois équipements peut payer un montant de presque 3 000 $ pour ses équipements de visibilité. Ce n’est pas rien », compatit Éric Marien.