fbpx
Line Lessard et Valérie Millette, conseillères en développement professionnel, croient qu’il est possible de mieux promouvoir le milieu agricole pour attirer les candidats. Photo : Patricia Blackburn/TCN

Line Lessard et Valérie Millette, conseillères en développement professionnel, croient qu’il est possible de mieux promouvoir le milieu agricole pour attirer les candidats. Photo : Patricia Blackburn/TCN

Une agriculture à rendre « plus sexy » pour les chercheurs d’emploi

Le monde de l’agriculture devra faire preuve de plus de souplesse pour arriver à arracher la main-d’œuvre des mains des autres types d’entreprises. C’est ce que croient Line Lessard et Valérie Millette, conseillères en développement professionnel chez Espace carrière de Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

« Nous sommes en plus, ici à Saint-Hyacinthe, dans un milieu très agricole, mais nous remarquons que les gens qui ont peu de scolarité et qui n’ont pas grandi dans le milieu de l’agriculture se dirigent toujours, un peu instinctivement, vers le travail en usine. Les milléniaux, de leur côté, ont certains préjugés envers l’agriculture, notamment par rapport aux horaires de travail et à la propreté », résume Mme Millette.

Pour ces raisons, les deux conseillères sont d’avis que le milieu aurait beaucoup à gagner en s’adaptant un peu plus aux demandes de ces chercheurs d’emploi pour mieux les attirer vers eux. En acceptant par exemple d’offrir des horaires réguliers (9 h à 17 h) ou en mettant en valeur les défis que représente le travail agricole. « Car les milléniaux carburent aux défis et ils ont souvent l’idée préconçue que ce travail est répétitif », précise Mme Lessard.

Sa collègue pense par ailleurs que le milieu agricole devrait aussi faire preuve de plus de tolérance envers les candidats sans expérience. « Il faut accepter le fait qu’ils seront plus lents au départ », signale-t-elle, en précisant que les personnes qui ont grandi à la ferme s’attendent souvent à ce qu’un nouvel employé connaisse tout en arrivant en poste.  Des immersions en milieu agricole ou des visites à la ferme pourraient à cet effet aider ces candidats inexpérimentés à mieux se familiariser avec le milieu, suggère-t-elle.

Les deux conseillères disent également voir encore trop souvent passer des offres d’emploi « trop conservatrices », qui sont perçues comme « plates » par les chercheurs d’emplois.  « Il faut miser sur ce qui est le plus sexy en agriculture : en faisant la promotion du travail avec la nature ou avec les animaux, par exemple, ou en faisant ressortir les avantages de travailler pour l’entreprise avec des mots-clés », propose Mme Lessard. 

Cinq trucs pour attirer des candidats

  1. Lors de la participation à des salons et des expositions, afficher clairement ses offres d’emploi, car la personne qui visite un kiosque pour un service ou de l’équipement a peut-être un neveu ou autre connaissance qui cherche un emploi;
  2. Utiliser toutes les occasions pour communiquer ses offres d’emploi dans les points de contact de l’entreprise : sur le message du répondeur, avec un onglet carrière sur le site Web, sur les factures, dans les discussions avec les fournisseurs, à son kiosque de fruits et de légumes en bordure de la route, etc.;
  3. Offrir des récompenses aux employés qui recommandent des candidats, en leur offrant par exemple une journée de congé si le candidat est embauché et qu’il demeure en poste pendant trois mois;
  4. Utiliser d’autres bassins d’employés que ceux utilisés habituellement. En allant voir du côté des semi-retraités par exemple ou en affichant ses offres d’emploi en périphérie de sa municipalité;
  5. Sortir de la boîte des offres d’emplois conventionnelles en optant pour des offres plus « tendance ». Utiliser par exemple des mots-clés ou faire ressortir les points les plus forts de l’entreprise, comme le contact avec la nature, le travail avec les animaux ou encore les dîners pizza offerts aux employés.