fbpx
Un enfant n’a pas l’expérience ni le jugement d’un adulte. Son analyse du terrain est également moins efficace. Sur la photo : Des pompiers effectuant un exercice avec un mannequin.

Un enfant n’a pas l’expérience ni le jugement d’un adulte. Son analyse du terrain est également moins efficace. Sur la photo : Des pompiers effectuant un exercice avec un mannequin.

Pas de tracteur avant 14 ans?

La coalition américaine Childhood Agricultural Safety Network, qui regroupe 70 organisations nord-américaines, dont le manufacturier John Deere, milite pour interdire aux jeunes de moins de 14 ans l’accès aux tracteurs de ferme. L’organisme recommandait au départ d’avoir 12 ans au minimum, mais il a relevé le niveau d’âge à 14 ans en 2014 après avoir compilé de récentes données d’accidents dans les fermes et consulté les dernières recherches scientifiques sur le développement de l’enfant, les pratiques agricoles, etc. 

« C’est plus facile d’enterrer une tradition qu’un enfant. » Cette phrase-choc est véhiculée par une coalition américaine qui milite pour interdire l’accès aux tracteurs aux jeunes de moins de 14 ans. Crédit photo : Childhood Agricultural Safety Network

« C’est plus facile d’enterrer une tradition qu’un enfant. » Cette phrase-choc est véhiculée par une coalition américaine qui milite pour interdire l’accès aux tracteurs aux jeunes de moins de 14 ans. Crédit photo : Childhood Agricultural Safety Network

David Schwebel, chercheur à l’Université d’Alabama, explique que les enfants ne sont pas aussi doués que les adultes pour juger la vitesse, les distances et le relief du terrain. « Les conducteurs d’expérience analysent constamment l’environnement, à l’affût de ce qui pourrait poser un risque. […] Les recherches en laboratoire montrent que les enfants ont des lacunes à ce niveau », atteste M. Schwebel.  

Un mort tous les 3,5 jours aux États-Unis

La coalition souligne que le nombre d’accidents mortels impliquant des jeunes de moins de 16 ans est constamment plus élevé en agriculture que dans toutes les autres industries combinées et qu’un enfant meurt à la ferme tous les 3,5 jours aux États-Unis. L’organisme assure que non seulement les jeunes de moins de 14 ans ne doivent pas conduire un tracteur, mais qu’ils doivent également ne pas y prendre place comme passagers, car il est démontré que leur présence s’avère un élément de distraction qui les met en danger autant que le conducteur.

En entrevue à La Terre, Scott Heiberger spécifie que la cabine d’un tracteur procure de surcroît un faux sentiment de sécurité. « Nous entendons souvent dire : “C’est OK, j’ai une cabine”, mais il y a des accidents sur une base régulière impliquant des enfants qui y prenaient place, qui sont tombés et se sont fait passer dessus par les roues », indique M. Heiberger, responsable des communications au National Farm Medicine Center, du Wisconsin. Il ajoute que même si l’enfant est attaché, l’armature de protection du tracteur est conçue pour protéger le conducteur et non le passager.  

Scott Heiberger croit que le concept du « minimum de 14 ans » commence à passer, surtout chez la plus jeune génération de parents qui s’attachent naturellement en voiture et utilisent un casque en vélo.  

L’Union des producteurs agricoles ne partage pas cette idée d’imposer un âge minimal. « C’est aux producteurs de faire preuve de jugement, selon la situation », a déclaré le relationniste de l’organisation, Patrice Juneau. Au pays, seule l’Association canadienne de sécurité agricole est membre du Childhood Agricultural Safety Network. 

Des outils de prévention en ligne

Des agriculteurs de longue date diront que ce n’est pas l’Internet qui leur montrera comment s’occuper de leurs enfants à la ferme, mais en vérité, plusieurs sites proposent d’excellents outils d’éducation et des moyens pour diminuer le nombre d’accidents graves.

Quelles tâches peuvent être réalisées sécuritairement par un enfant selon sa tranche d’âge? Quelles sont ses limites et comment lui enseigner à bien forcer? Dans un document de sensibilisation produit en 1999, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) affirme que la majorité des parents ont tendance à surestimer la capacité des jeunes à agir de manière sécuritaire. Le document numérique La sécurité des enfants à la ferme, un investissement pour l’avenir, fournit des indications pertinentes. Il sera mis à jour prochainement. 

Le site américain cultivatesafety.org/work, en anglais seulement, décrit en détail à l’aide de vidéos explicatives les critères sur lesquels les parents devraient se baser avant de confier une tâche à un enfant. Une version légèrement moins étoffée, en français, a été produite par l’Association canadienne de sécurité agricole et peut être consultée à l’adresse semainesecuriteagricole.ca, sous l’onglet Ressource. 

Outre les sites Web, mentionnons que le programme Sécurijour offre aux jeunes de 7 à 12 ans une journée de formation sur la prévention et la sécurité à la ferme. Chaque année, plusieurs fédérations régionales de l’Union des producteurs agricoles organisent de telles journées. Le docteur Claude Cyr salue cette initiative, mais fait remarquer qu’il incombe aux parents de renforcer la sécurité dans les fermes. 

 

SUR LE MÊME SUJET
Morts accidentelles d’enfants : 82 % auraient pu être évitées
6 moyens pour éviter qu’un enfant ait un accident