fbpx
Lorsque j’entends le vent souffler trop fort durant la nuit, je demeure éveillée en espérant qu’il n’endommage pas les arbres.

Lorsque j’entends le vent souffler trop fort durant la nuit, je demeure éveillée en espérant qu’il n’endommage pas les arbres.

Mon entreprise : le sirop d’érable

On m’a déjà dit : « Tu n’es pas une agricultrice, tu ne fais que du sirop d’érable! » Ça m’a trotté dans la tête pendant un bon moment. Qu’est-ce qui fait qu’on est un producteur?

C’est vrai, je ne m’occupe ni de vaches ni de poulets. Par contre, je dois prendre soin de mes arbres et je suis à la merci de la météo. Cela me rappelle une petite anecdote que j’aimerais raconter. Pour vous mettre en contexte, mon conjoint et moi louons un peu moins de 200 érables de notre voisin sur un total de 4 500 en raison de la géographie du terrain. C’est plus facile pour nous d’y travailler.

Bref, un jour, je marchais dans la montagne en faisant le tour pour m’assurer que tous les tubes étaient corrects. C’est à ce moment que j’ai vu que des arbres avaient été abattus et que nos tubes avaient été enroulés et déposés sur le sol. Mon cœur n’a fait qu’un bond, ou peut-être plusieurs, finalement. Quelqu’un avait coupé mon gagne-pain, mes érables, ce sur quoi je mettais autant d’énergie.

Affolée, je suis partie à la recherche de mon mari pour lui faire part de la mauvaise nouvelle. Évidemment, c’est toujours dans ce genre de situation qu’il ne répond pas à son téléphone. J’ai dû marcher pendant près de 30 minutes en version accélérée pour finalement le trouver. Une fois arrivée à sa rencontre et à bout de souffle, je lui ai relaté le désastre.

À ma grande surprise, il était calme et ne comprenait pas ma panique. Ben voyons, on avait coupé NOS érables! Devant mon incompréhension, il m’a expliqué qu’il fallait en abattre de temps à autre pour laisser les plus petits grossir. Il était donc normal de perdre quelques entailles afin d’en faire profiter celles qui restent. Malgré tout le bon sens de son raisonnement, j’ai encore du mal à voir un ruban autour d’un érable qui indique qu’il sera prochainement coupé. De plus, lorsque j’entends le vent souffler trop fort durant la nuit, je demeure éveillée en espérant qu’il n’endommage pas les arbres.

Parce que sans érables, je ne produis pas de sirop. Suis-je agricultrice? Je crois bien que oui. Nous travaillons très fort pour que les gens puissent profiter de ce bonheur sucré. Ce bonheur que notre famille est si fière de produire! 

Natacha Lagarde, Agrimom.