fbpx
Les vidéoclips de parodies de Peterson Farm Bros ont été vues plus de 50 millions de fois sur YouTube. Photo : Gracieuseté

Les vidéoclips de parodies de Peterson Farm Bros ont été vues plus de 50 millions de fois sur YouTube. Photo : Gracieuseté

L’humour comme arme de conscientisation

Les frères Peterson sont devenus de véritables vedettes de YouTube grâce à leurs parodies de chansons populaires à la sauce agricole. Que ce soit Tractorstuck (sur l’air de Thunderstruck, d’ACDC), Farmer Style (Gangnam Style, de PSY) ou encore Bail (Sail, d’Awolnation), Greg et ses deux cadets Nathan et Kendal rivalisent d’ingéniosité depuis 2011 pour changer les paroles de chacune de ces chansons avec l’objectif de les relier à l’agriculture.

« Nous sommes fils de producteurs au beau milieu du Kansas. Par contre, pas mal de nos amis ne connaissaient absolument rien à l’agriculture », explique Greg, en entrevue avec La Terre. « Notre but premier était un peu de leur montrer ce qu’était le métier. Une fois que la vidéo est devenue virale, il fallait gérer l’attention médiatique. On recevait de 30 à 40 appels par jour. On est même allés à Good Morning America. »

« I’m Farming and I Grow It (I’m Sexy and I Know It, de LMFAO) a été notre premier vidéoclip. On pensait qu’on allait avoir quelques centaines de vues, pas vraiment plus, explique Greg. Finalement, on en a eu environ cinq millions en une semaine. Quand on a réalisé qu’on pouvait sensibiliser autant de personnes à ce qu’est le métier d’agriculteur, ç’a été une forte motivation pour continuer. »

Aujourd’hui, ce qui n’était qu’une petite vidéo pour le plaisir a fait boule de neige. Les Peterson Farm Bros ont près de 179 000 abonnés sur leur compte YouTube et 630 000, toutes plateformes confondues. Ils ont publié 160 vidéos, dont une quinzaine de parodies, pour un total de visionnements qui dépassent les 50 millions.

Vincent Drouin s’est particulièrement fait connaître par ses capsules humoristiques, dont l’une où il interprète une licorne. Photo : Gracieuseté

Vincent Drouin s’est particulièrement fait connaître par ses capsules humoristiques, dont l’une où il interprète une licorne. Photo : Gracieuseté

« C’est important de prendre la parole soi-même, de s’exprimer, et ça va le devenir encore plus avec le temps. L’image négative véhiculée par les médias et les réseaux sociaux entourant l’agriculture est une réalité », insiste Greg Peterson. Celui qui détient un diplôme en communication agricole de l’Université d’État du Kansas compte bien diriger la ferme familiale avec ses frères dans les prochaines années. « Et la plupart des informations diffusées sont souvent erronées. C’est essentiel pour les producteurs d’être représentés sur les médias sociaux. »

Ça sent la marde

Le Québécois Vincent Drouin a lui aussi choisi de donner un ton humoristique à sa chronique Ça sent la marde, on étend d’la marde. Il s’est taillé une place dans les différentes sphères agricoles en expliquant notamment les raisons de l’épandage de purin.

« L’humour est un excellent véhicule pour faire passer un message. Quelqu’un qui regarde un long documentaire va peut-être changer de poste parce qu’il trouve ça plate. Quand tu vois un petit comique arriver, tu risques plus de continuer », mentionne celui qui possède une entreprise de transport, mais qui donne un coup de main à la Ferme Porcité, de Saint-Elzéar, lors des semis et des récoltes. « Bien des gens ne comprennent pas pourquoi on fait les choses, et parfois, une vidéo peut porter à réfléchir. C’est important d’effectuer des rappels auprès de ceux-ci et de les sensibiliser. »

Sur le même sujet
À l’assaut du Web pour expliquer leur métier
Cinq choses à savoir avant de se lancer