fbpx
La dernière édition de la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec s’est tenue en 2019. Photo : Gracieuseté de l’UPA

La dernière édition de la journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec s’est tenue en 2019. Photo : Gracieuseté de l’UPA

Les Portes ouvertes sur les fermes de nouveau annulées

L’Union des producteurs agricoles (UPA) a récemment annoncé qu’il n’y aura pas de journée Portes ouvertes sur les fermes du Québec en septembre 2021 pour la deuxième année consécutive, en raison du coronavirus toujours présent et qui laisse planer un avenir incertain. Une équipe s’affaire à préparer d’autres activités en guise de remplacement.

Si l’annonce a été prononcée tôt, c’est en raison de la logistique et des mois de préparation derrière l’événement qui implique une centaine de fermes à travers la province et accueille plus de 100 000 visiteurs. « Dès janvier, on demande aux fédérations régionales de recruter des producteurs hôtes. Avec les incertitudes et les enjeux toujours présents, on trouvait que c’était trop de leur demander [aux producteurs] dans un contexte où l’on ne sait pas quelles seront les mesures sanitaires », explique Geneviève Vouligny-Schnée, directrice des communications et marketing de l’UPA.

Des outils numériques bonifiés

Les activités seront officiellement annoncées en juin, mais déjà elle mentionne que les deux initiatives numériques de la dernière année, soit l’application Mangeons local plus que jamais et le jeu Kasscrout, seront de retour et bonifiés.

L’UPA travaille à la phase 2 de l’application offrant une vitrine aux producteurs qui effectuent la vente à la ferme. Des circuits thématiques déjà existants pourraient être mis de l’avant. « L’idée n’est pas de créer de nouveaux circuits, mais d’offrir une vitrine supplémentaire et de donner aux consommateurs l’occasion de découvrir ce qui se fait », indique-t-elle.

Le jeu Kasscrout a attiré depuis son lancement en décembre 2 500 familles avec une durée moyenne par visite de 30 minutes. Ces statistiques incitent l’UPA à poursuivre l’évolution du jeu. Une version scolaire est en branle. Geneviève Vouligny-Schnée estime que Kasscrout pourra aussi être l’amorce pour lancer les prochaines journées portes ouvertes. « On souhaite relancer l’activité dès qu’on va le pouvoir. Ce n’est pas pour rien que ça a duré 17 ans et que c’est toujours populaire. C’est un besoin », souligne-t-elle.

D’ailleurs, l’UPA prévoit déployer cet été des kiosques d’animation inspirés du jeu dans les différentes régions du Québec. Ils se dérouleront dans des lieux publics déjà aménagés en fonction des mesures sanitaires.