fbpx
Yves Choinière, près de la maison familiale ancestrale de Saint-Césaire. Photo : Guillaume Pitre

Yves Choinière, près de la maison familiale ancestrale de Saint-Césaire. Photo : Guillaume Pitre

Le parcours agricole d’un ingénieur émérite

SAINT-CÉSAIRE – Fondateur d’une firme de génie agricole, Yves Choinière est lui-même producteur céréalier et forestier. Depuis 1995, il exploite la ferme familiale où il a grandi à Saint-Césaire, en Montérégie.

« Quand je suis né en 1961, mon père était déjà éleveur Jersey pur-sang à Saint-Alphonse et possédait un petit abattoir de proximité pour le porc et le bovin », raconte M. Choinière. Trois ans plus tard, sa famille déménage dans une nouvelle ferme à Saint-Césaire.

Enfant, il fait la présentation des vaches lors des expositions agricoles pour les jeunes ruraux. Même pendant ses études collégiales et universitaires en génie agricole, Yves Choinière revient les fins de semaine et durant les vacances estivales pour prêter main-forte à son père.

De ses années d’enfance à la ferme, M. Choinière classe en tête de ses meilleurs souvenirs « la rigueur du travail manuel et le sentiment d’accomplissement immédiat que l’on ressent à la fin de chaque journée ». Encore aujourd’hui, voir la croissance d’un champ de maïs au fil des jours le remplit de bonheur.

Après ses études à l’Université McGill, Yves Choinière passe 12 ans en Ontario. Il y travaille comme enseignant et chercheur au Collège d’Alfred, puis agit à titre de spécialiste du logement animal.

Retour au Québec

Dès son retour au Québec en 1995, il commence à exploiter la ferme dont il fera l’acquisition avec son épouse Hélène Desrochers, en 2004, six ans après le décès de son père. Le troupeau composé de 27 vaches, dont 9 excellentes, avait par contre déjà été vendu au début des années 1980.

La terre destinée aux grandes cultures compte aujourd’hui 43 hectares cultivables sur un total de 52. « Je vais sur la ferme pratiquement tous les jours après le bureau », ajoute l’ingénieur, dont la mère de 94 ans habite toujours la maison de Saint-Césaire.

Le couple possède en outre une exploitation forestière de 360 acres depuis 2012 et une érablière familiale depuis 2010. « J’entaille environ 300 érables, tous à la chaudière. On produit une trentaine de gallons de sirop pour les besoins de la famille », raconte ce passionné d’agriculture. Le couple aurait la possibilité d’en entailler davantage, mais cela serait pratiquement impossible compte tenu des activités de la firme et du travail aux champs qui commence à la ferme vers la mi-avril.

Récemment admis à l’Association canadienne du génie, Yves Choinière, dont la feuille de route est impressionnante, a dirigé la conception de nombreux bâtiments agricoles et centres de recherche en production animale au pays. La firme Consultants Lemay et Choinière inc. qu’il a fondée en 1995 compte 45 employés.