fbpx
Des photographies aériennes des terres agricoles et la cartographie géomatique ont servi de base à la création de la projection architecturale de trois minutes sur la façade de l’UQAM. Crédit photo : Marc-Alain Soucy

Des photographies aériennes des terres agricoles et la cartographie géomatique ont servi de base à la création de la projection architecturale de trois minutes sur la façade de l’UQAM. Crédit photo : Marc-Alain Soucy

L’agriculture québécoise projetée sur l’UQAM

MONTRÉAL — Du jeudi au dimanche jusqu’au 4 juin, une courte projection architecturale de paysages agricoles québécois se déploie à la tombée de la nuit sur la façade du pavillon Président-Kennedy de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

L’idée qui sous-tend cette activité est de créer un rapprochement entre la ville et l’agriculture en mettant en relation tant des intervenants de cette sphère d’activité que des chercheurs et des artistes. « Nous ne voulons pas que des artistes présentent le milieu agricole sans avoir eu un contact direct avec les gens de ce secteur », souligne la chargée de projet Anne-Catherine Lebeau. Il n’est donc pas question de reproduire l’image bucolique d’une production traditionnelle. On souhaite plutôt faire comprendre aux citadins que l’agriculture d’ici est avant-gardiste et qu’elle utilise des technologies étonnamment modernes.

C’est Samuel Comtois, agronome à l’entreprise PleineTerre en Montérégie-Ouest, qui a fourni le matériel visuel de base et des idées pour la création de la projection. « Les photos aériennes de la rivière l’Acadie, les cartes géomatiques et les images satellitaires ont toujours été artistiques pour moi », a-t-il confié à la Terre. L’agronome a été mis en contact avec les artistes et les concepteurs de l’entreprise Normal Studio, qui ont donné une tout autre dimension à ce matériel.

Selon Anne-Catherine Lebeau, chargée de projet, les citadins ont besoin de savoir que l’agriculture québécoise utilise des technologies avant-gardistes. Crédit photo : Marc-Alain Soucy

Selon Anne-Catherine Lebeau, chargée de projet, les citadins ont besoin de savoir que l’agriculture québécoise utilise des technologies avant-gardistes. Crédit photo : Marc-Alain Soucy

Exposition agriculturelle

Cette projection de trois minutes présentée en boucle s’inscrit dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Elle n’est que l’un des volets de l’Exposition agriculturelle développée par l’UQAM en collaboration avec le Fonds de recherche du Québec, Espace pour la vie et l’Union des producteurs agricoles. Cette initiative comprend également une exposition et un atelier sur l’environnement créés par l’artiste Gilberto Esparza avec la complicité d’ingénieurs, de biologistes et de roboticiens. Elle se tiendra jusqu’au 17 juin à la Galerie de l’UQAM.

Toujours en poursuivant l’objectif de provoquer des rencontres entre agriculteurs, scientifiques et artistes, des rendez-vous, appelés MixOFF, sont destinés à leur permettre de préparer des utopies qui serviront de prémisses à des projets présentés au public le 8 juin dans la cadre du Festival d’arts vivants OffTA. Cinq groupes ont été formés et chacun aura 10 minutes pour décrire son projet de société idéale, si possible réalisable, au cours de cette soirée. Bien entendu, l’imagination et la créativité seront à l’honneur. L’un des groupes compte un entomologiste, un apiculteur de Montréal et un dramaturge.

Les 5, 12 et 19 septembre, l’Exposition agriculturelle se terminera par des conférences Libres cours aux Jardins Gamelin. Pour la programmation complète de l’Exposition agriculturelle : http://later.re/2r8owRk.