fbpx
Le producteur laitier Bruno Turmel, de Dudswell, a parti le bal des vidéos de danse agricole au profit de l’organisme ACFA.

Le producteur laitier Bruno Turmel, de Dudswell, a parti le bal des vidéos de danse agricole au profit de l’organisme ACFA.

La vague de danse rapporte gros

S’ils n’avaient pas d’objectif précis en tête lorsqu’ils ont lancé le défi de danse au profit de l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA), l’agriculteur Bruno Turmel et le consultant en communications Pierre Rhéaume sont agréablement surpris, fiers et même émus des résultats. Ils remettront un chèque de 30 750 $ à l’organisme qui offre de l’aide psychosociale aux producteurs agricoles.

« C’est une cause qui touche tout le monde. Personne n’est à l’abri [d’avoir recours au soutien psychologique d’ACFA]. C’est ce qui a fait que ça a marché et que les gens ont embarqué », croit le producteur laitier de Dudswell, en Estrie. Il se réjouit surtout que son projet n’ait généré que du positif. « C’est tellement beau ce qu’il voulait faire. C’est un projet qui partait du cœur », avance de son côté Pierre Rhéaume, qui a encouragé Bruno Turmel à lancer ce défi.

En plus des dons recueillis, les organisateurs sont satisfaits de l’engouement créé pour l’organisme, qui s’est ainsi fait connaître des citadins. ACFA a aussi été touché par cet élan de générosité qui a déferlé sur l’organisme. « C’est une belle reconnaissance », affirme le directeur général, René Beauregard. Ce don historique permettra de continuer d’offrir les services gratuitement aux producteurs qui en ont besoin par le centre d’hébergement ou les travailleurs de rang. Au-delà du montant, M. Beauregard se réjouit du message qui a été envoyé au public. « Les gens ont vu que dans les fermes, il n’y a pas juste des animaux. Il y a des familles », dit-il en précisant que les gens ont aussi pu prendre conscience que ceux qui les nourrissent peuvent vivre de la détresse.

L’initiateur du mouvement a été interrogé par différents médias, ce qui a également contribué à apporter une visibilité positive au monde agricole. « Ça a été beaucoup plus grand que j’aurais pensé », affirme celui qui gagne sa vie comme agriculteur depuis 20 ans. Bruno Turmel raconte entre autres qu’un résident de sa municipalité lui a remis un don de 500 $ après l’avoir vu aux nouvelles. 

MM. Turmel et Rhéaume sont heureux du bonheur qu’ils ont pu transmettre à travers ces quelque 200 vidéos publiées avec le mot-clic #challengedanseagri sur Tik Tok ou Facebook.