Près de 500 000 personnes ont visionné l’échange entre l’animatrice et les producteurs agricoles. Crédit photo : Tirée de la vidéo de l’émission de TVA

Près de 500 000 personnes ont visionné l’échange entre l’animatrice et les producteurs agricoles. Crédit photo : Tirée de la vidéo de l’émission de TVA

Quand Deux filles le matin traite d’agriculture

La populaire émission de télévision Deux filles le matin, sur les ondes de TVA, a fracassé un record de cotes d’écoute, la semaine dernière, en consacrant 45 minutes de sa programmation à… l’agriculture.

Deux producteurs, Martine Bourgeois (œufs de consommation) et Maxime Dion (maraîcher bio), une psychologue, Pierrette Desrosiers, et un ex-producteur devenu humoriste, Martin Cloutier, y discutaient de la réalité et des enjeux de la profession agricole avec l’animatrice Marie-Claude Barrette.

Cette émission du 5 mars a été marquante : 186 000 téléspectateurs ont été atteints par la rediffusion seulement, un lundi de semaine de relâche entre 23 h 30 et 0 h 30. Au total, 490 000 personnes ont visionné l’échange entre l’animatrice et les producteurs lundi.

Depuis longtemps

« Les agriculteurs, ça faisait plusieurs fois qu’on mentionnait [le sujet en réunion de production], mais on voulait absolument que Martin Cloutier soit là [pour en parler], parce qu’il a une vision intéressante et en parle avec un certain recul », a indiqué l’animatrice Marie-Claude Barrette à La Terre. Cette dernière a vu son mari, Mario Dumont, dérocher et labourer les champs d’orge et d’avoine de la ferme familiale à Cacouna, tout en poursuivant une intense carrière politique. « J’ai compris à quel point c’était une vocation d’être agriculteur, a-t-elle dit. J’ai une admiration pour le monde agricole. »

Plusieurs enjeux ont été abordés durant l’émission, comme la relève agricole, l’accaparement des terres, la météo, l’homosexualité, la difficulté de trouver l’amour, le défi de la main-d’œuvre, les exigences du métier, mais également sa beauté, etc. « Je me souviens que dans mon enfance, le pire Noël de ma vie a été en même temps le plus beau », a décrit Martin Cloutier. Un bris d’équipement dans l’étable le soir du réveillon lui a fait manquer une bonne partie de la fête, mais en sortant du bâtiment et en éteignant les lumières, il a entendu la chanson Sainte Nuit débuter à la radio. « C’était le plus beau Sainte Nuit, parce que là on venait de finir. Je passais du moment le plus désagréable que tu puisses imaginer un soir de réveillon à un moment de grâce, qui a duré le temps d’une chanson. »

Santé psychologique

Il était primordial pour l’animatrice de ne pas passer sous silence le « côté sombre de l’agriculture » : la détresse psychologique et le suicide. Un reportage filmé du Huffington Post sur le suicide d’un producteur de lait a monopolisé une bonne partie de la discussion. « Quand t’es dans ta ferme, tout seul et qu’il faut que tu ailles t’occuper de tes animaux, ce n’est pas facile», affirme la productrice Martine Bourgeois, qui dit avoir la chance de pouvoir concilier le travail, la famille, les activités sociales et l’implication.

Deux autres

« C’est sûr que ce qui a été couvert était très large et je pense qu’on devrait parler plus de l’agriculture et du rôle qu’on joue, affirme Mme Bourgeois. Je pense qu’il y aurait plein de belles histoires à partager pour valoriser le métier d’agriculteur. » Marie-Claude Barrette est du même avis. L’année prochaine, elle aimerait consacrer deux autres épisodes de Deux filles le matin à l’agriculture, en se déplaçant, cette fois, sur le terrain.

Vous pouvez visionner l’épisode ici.