Audrenne Demoy, la copropriétaire de la Cidrerie du Minot, et Henri Joël, le nouveau chef de culture. Crédit photo : Gracieuseté de la Cidrerie du Minot

Audrenne Demoy, la copropriétaire de la Cidrerie du Minot, et Henri Joël, le nouveau chef de culture. Crédit photo : Gracieuseté de la Cidrerie du Minot

Des descriptions de tâches claires favorisent l’intégration

La Cidrerie du Minot est un fleuron québécois des boissons alcoolisées et est considérée comme la pionnière de la relance de la cidriculture artisanale d’ici.

Les 12 produits que l’entreprise met en marché ont remporté de nombreux prix internationaux.

Audrenne et Alan Demoy ont pris la relève de leurs parents il y a sept ans et ont bien l’intention de poursuivre la tradition d’excellence de l’exploitation de Hemmingford, qui compte sur la production de 14 000 pommiers semi-nains et standards sur 42 hectares.

Pour Audrenne Demoy, sans aucun doute, le succès de l’entreprise repose sur ses 12 employés. « Les ressources humaines sont le pilier de notre réussite », a-t-elle déclaré à La Terre.

Les deux copropriétaires ont récemment procédé à l’embauche d’un chef de culture issu de l’immigration. Henri Joël possède une formation en agronomie dispensée en Côte d’Ivoire. Pour faciliter son intégration à l’équipe, ils en ont profité pour revoir la gestion des ressources humaines. L’autre objectif était de favoriser la rétention des employés en cette période de pénurie de main-d’œuvre généralisée.

« Il ne faut pas avoir peur d’aller chercher de l’aide à l’extérieur de l’entreprise pour faire face aux défis de la gestion des ressources humaines, car il y en a souvent des plus difficiles à relever », estime Audrenne Demoy.

Les copropriétaires ont donc fait appel au Centre d’emploi agricole de la Fédération de l’UPA de la Montérégie pour procéder au recrutement et effectuer une restructuration. Ils ont également travaillé avec leur centre local d’emploi et participé au Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi. De plus, des subventions sont disponibles pour faciliter l’intégration du personnel.

Maintien de bonnes relations de travail

Selon Audrenne Demoy, le fait de se doter de descriptions de tâches plus claires et d’une échelle de rémunération basée sur des critères plus précis, dont la formation reçue et l’expérience des employés, a permis d’améliorer les relations de travail dans l’entreprise. La démarche a également simplifié les évaluations annuelles qui contribuent à motiver les salariés.

La propriétaire affirme avoir relevé le défi d’intégrer un travailleur issu de l’immigration. Elle est fière de préciser qu’aucun propos raciste n’est toléré à la Cidrerie du Minot. « Nous sommes nous-mêmes des gens issus de l’immigration [Bretagne]. Nous comprenons l’importance d’être des gens accueillants », conclut-elle.

La Cidrerie du Minot a été sélectionnée par le Centre d’emploi agricole de la Fédération de l’UPA de la Montérégie pour représenter cette région dans le cadre de Ma ferme, mon monde, source d’inspiration en gestion des ressources humaines, une initiative d’AGRIcarrières.