fbpx
Marius Cloutier a vu en Daniel Lehoux un entrepreneur avant de voir un simple employé.

Marius Cloutier a vu en Daniel Lehoux un entrepreneur avant de voir un simple employé.

Un coup de foudre professionnel

Transmettre vos connaissances à un employé sans expérience et lui donner l’opportunité de démarrer sa propre entreprise au sein de la vôtre pour lui permettre d’acquérir du capital afin d’assurer votre relève vous a-t-il déjà traversé l’esprit? 

Cela faisait plusieurs années que Marius Cloutier, un producteur porcin et de grandes cultures de Saints-Anges, en Beauce, était à la recherche d’un employé qui pourrait un jour reprendre les rênes de son exploitation pour éviter son démantèlement. Il publiait des offres d’emploi à l’Union des producteurs agricoles (UPA) sans succès, avant que se présente la candidature de Daniel Lehoux.

« Je travaillais en construction et j’avais fait un cours en entrepreneuriat. Ce que je voulais, c’était être en affaires, peu importe le domaine », explique l’homme de 29 ans. En regardant les offres d’emploi sur le site de l’UPA, il a vu l’annonce de Marius Cloutier et a décidé de se lancer dans l’inconnu. « L’agriculture est un secteur qui m’a toujours intéressé, mais normalement, c’est le manque de financement qui bloque un jeune sans expérience », croit-il.

Les deux hommes se sont rencontrés et tout de suite ils ont su qu’ils formeraient une belle équipe. « Marius m’a présenté le plan selon lequel il voyait l’avenir. Deux jours plus tard, j’ai donné ma démission à mon employeur et je suis venu travailler avec lui », explique Daniel. 

Objectif : transférer l’entreprise

À son arrivée dans l’entreprise en juillet dernier, Daniel a démarré son élevage ovin avec l’aide financière et les connaissances de son nouveau patron. « La demande pour les moutons était là et ça se mariait bien avec les cochons, explique M. Cloutier. On a créé une société dont je suis également actionnaire, dans le but de faire le transfert de la division porcine d’ici quatre à cinq ans. » Pour mener à bien le projet, un plan de formation a été mis en place par le biais de FermEmploi et du Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT).

« Beaucoup de gens n’auront jamais une opportunité d’affaires comme celle-là », explique le jeune homme qui est aussi très reconnaissant que M. Cloutier soit à l’écoute de ses suggestions, malgré son manque d’expérience. « Tout s’apprend et c’est tellement plus facile lorsque tu travailles avec quelqu’un qui veut et qui voit toujours plus loin. Quand je l’ai vu, j’ai tout de suite su qu’il se démarquerait d’un simple employé », souligne M. Cloutier.
Cette stratégie aura permis au producteur de trouver non seulement un employé motivé et engagé dans les activités financières de l’entreprise, mais une relève qui assurera la pérennité de ses activités agricoles.  

Marie-Pascale Fortier, journaliste