fbpx
Tous les membres du clan Beljie. À l’avant-plan, les parents Louise St-Yves et Jean-Luc Bellemare. À l’arrière, Marie-Noelle Buist-Hamelin, Marc Bellemare et leurs enfants Noémie et Mathis. Éric Bellemare est à leur côté, à droite. Photo : Photos : Pierre Saint-Yves

Tous les membres du clan Beljie. À l’avant-plan, les parents Louise St-Yves et Jean-Luc Bellemare. À l’arrière, Marie-Noelle Buist-Hamelin, Marc Bellemare et leurs enfants Noémie et Mathis. Éric Bellemare est à leur côté, à droite. Photo : Photos : Pierre Saint-Yves

Un rêve de jeunesse réalisé

YAMACHICHE L’implication de la relève a donné un nouveau souffle à la Ferme Beljie. La troisième génération d’éleveurs laitiers a permis à l’exploitation d’entrer de front dans une phase de croissance soutenue et, de toute évidence, les propriétaires n’ont pas l’intention de retenir leurs ambitions.

Fiche technique

Nom de la ferme :
Ferme laitière Beljie

Spécialité :
Production laitière

Année de fondation :
Début des années 1930

Noms des propriétaires :
Jean-Luc Bellemare, Louise St-Yves ainsi que Marc et Éric Bellemare

Nombre de générations :
3

Superficie en culture :
120 hectares 

Cheptel :
240 vaches Holstein

Le producteur laitier Jean-Luc Bellemare esquisse un petit sourire en parlant de sa vision de jeunesse qui a pris forme au fil des années. « Lorsque j’ai pris la ferme en 1987, après le décès de mon père, j’avais une vingtaine de vaches, raconte-t-il. Je me suis dit qu’un jour, j’en aurais 100. »

Il y a déjà bien longtemps qu’il a réalisé son rêve avec sa conjointe Louise St-Yves et ses garçons Marc et Éric. L’entreprise dont ils sont tous copropriétaires possède un troupeau de 240 vaches Holstein, dont 110 en lactation, pour un quota de 170 kilos.

Que de chemin parcouru depuis ce temps où les vaches étaient attachées dans l’étable mal éclairée et où l’automatisation restait un rêve! Il faut reconnaître que Louise et Jean-Luc ont su développer leur entreprise en faisant des choix judicieux et réfléchis aux moments opportuns, en accordant une attention particulière à la génétique et avec l’acquisition de sujets prometteurs qui ont permis de bâtir un troupeau productif.

Aujourd’hui encore, les deux générations d’éleveurs aux commandes de l’entreprise sont animées par les mêmes ambitions et carburent aux défis et aux innovations. « On travaille maintenant pour la prochaine génération d’éleveurs à la ferme », dit Marc, qui est père de deux jeunes enfants.

La construction de la nouvelle étable en 2015, l’implantation des deux premiers robots de traite, l’ajout de nouvelles bêtes au troupeau avec l’achat de quota et, plus récemment, l’agrandissement de l’étable froide en sont de bons exemples.  Depuis presque une dizaine d’années maintenant, l’entreprise est en mode croissance soutenue et les frères Marc et Éric ont l’intention de maintenir ce rythme tout en jouant de prudence. « On ne prend pas de décision qui pourrait compromettre la santé et la survie de notre entreprise », précise Éric.

 Deux générations d’éleveurs ont uni leurs efforts pour assurer la croissance de l’exploitation. Éric, Jean-Luc et Marc Bellemare cogitent d’autres réalisations.

Deux générations d’éleveurs ont uni leurs efforts pour assurer la croissance de l’exploitation. Éric, Jean-Luc et Marc Bellemare cogitent d’autres réalisations.

Un nouveau départ pour Beljie

Les parents le reconnaissent, l’arrivée des garçons dans l’actionnariat de l’entreprise a donné un nouveau souffle à l’entreprise.

« C’est évident que je ne me serais pas lancé dans tous ces projets de développement sans l’implication de la relève », concède Jean-Luc. Il reconnaît du même souffle que l’intérêt de ses garçons pour l’exploitation agricole n’a pas été une grande surprise. « Même lorsqu’ils étaient enfants, ça paraissait qu’ils avaient ça dans le sang », raconte-t-il.

En 2012, après ses études à l’École d’agriculture de Nicolet, Marc, l’aîné, a été le premier à rejoindre ses parents comme copropriétaire. « C’est vrai que c’était clair depuis toujours que je prendrais la relève », dit-il. 

Cinq ans plus tard, en 2017, Éric a suivi son cours en Gestion et technologie d’entreprise agricole à l’ITA de Saint-Hyacinthe.

Avant même que l’équipe de propriétaires soit complétée, les projets de modernisation étaient mis en route et l’entreprise a connu une croissance fulgurante. Le quota est passé de 75 kilos à 170 en cinq ans. « On a acheté jusqu’à 30 vaches en un an », se souvient Marc. 

La plus audacieuse réalisation a été la construction de la nouvelle étable en ­stabulation libre avec deux robots de traite, inaugurée en 2015. D’abord réticent face à l’ampleur des projets sur la table de travail, Jean-Luc a rapidement compris l’importance et la pertinence du virage envisagé. Puis, des visites d’exploitations ontariennes dotées de ce type d’aménagements l’en ont définitivement persuadé. « Si on avait attendu, nous n’aurions pas pu réaliser notre projet d’expansion aujourd’hui », concède-t-il maintenant. 

Et la boîte à idées et à projets est loin d’être tarie. Les frères Bellemare en ont d’autres dans leurs cartons : achat de deux ­nouveaux robots, acquisition de nouvelles terres et croissance de la production.

« On veut doubler la ferme », lance Marc. Il y a aussi cet autre défi qui pointe à l’horizon : celui de la main-d’œuvre. Parce que les deux frères doivent bien reconnaître qu’en ­attendant la prochaine génération, il leur ­faudra des bras pour remplacer celle qui se dirige vers la retraite. 

Le bon coup de l’entreprise

« Des animaux heureux et en santé nous le rendent bien », explique Marc Bellemare. Les éleveurs de la Ferme Beljie ont vite saisi l’importance de travailler au bien-être de leurs animaux. C’est dans cet esprit qu’ils ont opté pour la stabulation libre dans leurs nouvelles installations et que l’étable froide a été agrandie pour offrir plus d’espace aux taures en réduisant la compétition entre les animaux. De plus, des examens de médecine préventive ont été institués toutes les deux semaines. Cette pratique s’ajoute à l’entretien mensuel des sabots avec bains de pieds trois fois par semaine ainsi que le rasage des pies aux trois mois.

La superficie de l’étable froide a été doublée ces derniers mois et accueillera bientôt ses occupants, des aménagements qui témoignent des efforts des éleveurs pour le bien-être animal.

La superficie de l’étable froide a été doublée ces derniers mois et accueillera bientôt ses occupants, des aménagements qui témoignent des efforts des éleveurs pour le bien-être animal.

3 conseils pour gagner en efficacité!

  • S’entourer de gens de confiance

« Il faut avoir pleine confiance dans les personnes qui nous conseillent, explique Jean-Luc. Sinon, il ne faut pas hésiter à les remplacer. On est en production agricole et aussi en affaires. »

  • S’ouvrir aux innovations

« Il y a les innovations techniques et technologiques et aussi des innovations dans les pratiques, précise Éric.
Il faut rester à l’affût et bien informé. »

  • Chacun à sa place

« Le partage des tâches est très important dans notre organisation, explique Éric. On s’assure que chacun est à sa place. » Éric est principalement en charge du ­troupeau, Marc est responsable des travaux aux champs, Louise est chargée de l’alimentation et des soins des veaux et Jean-Luc est en soutien aux membres de l’équipe.

La Ferme laitière Beljie a connu une croissance fulgurante ces dernières années, preuve de la passion des propriétaires pour l’agriculture et de leur confiance en l’avenir.

La Ferme laitière Beljie a connu une croissance fulgurante ces dernières années, preuve de la passion des propriétaires pour l’agriculture et de leur confiance en l’avenir.

***

Avez-vous une famille à suggérer?

redaction@laterre.ca / 1 877 679-7809