fbpx

Trucs et astuces : cultiver la tomate

Par Albert Mondor- Certes, la saison estivale est déjà amorcée, mais mieux vaut tard que jamais pour partir son potager. Et la procrastination a ses avantages : certains centres de jardin tiennent des soldes à cette période de l’été!

Vivrealacampagne.ca vous propose aussi :
Le fumier de l’amitié
Les produits chouchous des Québécois 
Jamais deux sans trois

Quel bonheur que de manger une tomate qu’on a soi-même cultivée! Les plants de tomates sont des végétaux vigoureux et exigeants qui nécessitent des soins soutenus afin qu’ils produisent tous les fruits qu’on attend d’eux. Voici la première partie d’une série de deux d’un reportage consacré à la tomate, un fruit populaire dans les jardins québécois. Vous y trouverez quelques conseils pour obtenir une abondante récolte de tomates des plus savoureuses qui soient.

Bon achat

Lorsque vous achetez des plants de tomates en pots dans une jardinerie, assurez-vous qu’ils soient compacts et vigoureux. Les plants que vous choisirez doivent posséder au plus cinq à six tiges feuillées. Évitez à tout prix les végétaux étiolés – dont les tiges sont anormalement longues – et qui portent déjà des fruits. Plutôt que d’opter pour des plants en caissettes de styromousse, je vous recommande d’acheter ceux qui sont présentés dans des contenants individuels qui font au minimum 10 cm de diamètre.

Déterminés ou indéterminés?

Il existe deux types principaux de plants de tomates. La plupart des plants de tomates vendus dans les jardineries et les pépinières sont indéterminés. Ce sont des plantes grimpantes dont les tiges principales peuvent atteindre plus de deux mètres de longueur. Les cultivars indéterminés doivent absolument être tuteurés et nécessitent une taille régulière. Ces plants produisent habituellement trois tiges feuillées pour chaque grappe de fleurs. Ainsi, comme il existe un bon équilibre entre la surface des feuilles et le nombre de fleurs formées, les cultivars de tomates indéterminés produisent un grand nombre de fruits habituellement très savoureux.

Quant à eux, les plants de tomates déterminés sont plus compacts que ceux qui sont indéterminés et leurs fruits atteignent leur maturité plus vite. Les cultivars déterminés ne produisent qu’une seule tige feuillée entre les grappes de fleurs et ils cessent de croître après avoir produit quelques grappes seulement. Si vous habitez une région nordique – en zones 2 et 3 – là où les étés sont plutôt courts, choisissez des plants de tomates déterminés. Vous serez ainsi assurés d’obtenir une récolte satisfaisante malgré le manque de chaleur.

Plantation parfaite

Les plants de tomates doivent être mis en terre dans un sol riche, meuble et bien drainée, recevant plus de six heures d’ensoleillement par jour. La période idéale pour procéder à la plantation des tomates correspond au moment où il n’y a plus de risque de gel dans votre région. Dans la grande région de Montréal et dans plusieurs municipalités situées en zone 5, ce moment survient vers la fin du mois de mai, habituellement après le 20. À Québec et dans certaines autres régions situées en zone 4, on doit habituellement attendre la fin de mai ou le début de juin pour effectuer cette opération. Dans les régions plus nordiques, il est préférable d’entreprendre la plantation des tomates vers la mi-juin. Que vous les ayez produits vous-mêmes à partir de semences ou que vous les ayez achetés dans une jardinerie, n’oubliez pas d’acclimater vos plants à la température extérieure avant de les mettre en terre. Cette période d’endurcissement doit débuter quelques jours avant la plantation. Il vous suffira de placer vos plants à l’extérieur, à l’ombre légère, un peu plus longtemps chaque jour.

Je recommande de planter vos tomates dans un terreau composé d’une moitié de terre existante et d’une moitié de compost. Ajoutez au terreau deux ou trois poignées d’un engrais naturel à dégagement lent spécialement conçu pour la culture des tomates – riche en azote et en potassium – dont la formulation est proche de 5-6-8. Le collet de chaque plant doit être placé à quelques centimètres sous le niveau de la surface du sol existant. En prenant soin de couper les feuilles fixées à la tige principale, vous pouvez même enterrer les deux premiers nœuds. Cette technique garantit un meilleur enracinement et favorise la formation d’un vaste système de racines qui pourra puiser davantage d’eau et d’éléments nutritifs.

La suite la semaine prochaine.