Véritable sommité en matière de bien-être animal, la professeure Temple Grandin suggère d’informer le public des bonnes pratiques en place par des blogues et des vidéos. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

Véritable sommité en matière de bien-être animal, la professeure Temple Grandin suggère d’informer le public des bonnes pratiques en place par des blogues et des vidéos. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

Le secteur porcin doit continuer d’innover

QUÉBEC — Le mot « innovation » est revenu souvent aux lèvres des conférenciers invités au 3e Porc Show, ce grand rendez-vous de la filière porcine, qui a eu lieu à Québec le 6 décembre.

Bien-être animal

« Les gens me demandent tout le temps quel système de logement collectif privilégier, mais je ne le leur dirai pas parce que JE VEUX QUE VOUS INNOVIEZ », a insisté la grande dame du bien-être animal, Temple Grandin. Atteinte d’autisme, cette professeure de sciences animales de l’Université du Colorado s’est rendue célèbre par la sensibilité de ses observations qui ont permis d’améliorer la manipulation et l’abattage du bétail. Selon elle, les petites entreprises sont d’ailleurs les plus innovantes.

La directrice des maternités chez F. Ménard, Julie Ménard, estime que la communication avec le public fait partie des défis du futur. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

La directrice des maternités chez F. Ménard, Julie Ménard, estime que la communication avec le public fait partie des défis du futur. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

Les pratiques en matière de bien-être animal se sont tellement améliorées depuis les années 1980 et 1990 que cela fâche Mme Grandin de voir que certaines vidéos isolées de maltraitance animale donnent mauvaise presse à toute l’industrie. « Si vous pensez que vous faites du bon travail, vous devriez créer un blogue pour le faire savoir au grand public », a-t-elle suggéré. Cette idée a particulièrement plu à la vétérinaire Julie Ménard, qui dirige les maternités chez F. Ménard. « Comme éleveurs de porcs, on a toujours été gênés, mais là, ça va être le temps de s’ouvrir plus », a-t-elle confié à la Terre, ajoutant que ce sera un défi à la mesure de la prochaine génération.

Mise en marché

Séduire les milléniaux par l’innovation, voilà le défi qu’a lancé à la filière porcine Jean-Yves Ménard, expert en services-conseils chez KPMG. Même s’ils jouissent d’un pouvoir d’achat limité, les jeunes nés après 1980 seraient « prêts à dépenser énormément pour leur alimentation, quitte à couper ailleurs ». Pour tenter de les satisfaire, toutes

Les milléniaux, qui sont nés après 1980, représentent LA génération à surveiller, selon Jean-Yves Ménard de KPMG. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

Les milléniaux, qui sont nés après 1980, représentent LA génération à surveiller, selon Jean-Yves Ménard de KPMG. Crédit photos : Ariane Desrochers/TCN

sortes d’initiatives ont donc vu le jour ces dernières années : boîtes-repas, distributeur automatique de viande, barres à base de viande, application mobile de jumelage de spéciaux d’épicerie et de recettes, etc.

Dans cette course à l’innovation, les idées doivent être testées au plus vite, a expliqué M. Ménard, puis bonifiées ou retirées, selon les réactions. « Au lieu d’avoir le plongeon parfait du premier coup, il vaut mieux plonger rapidement et recommencer », a-t-il fait valoir.

Le Porc Show a aussi été l’occasion de remettre des prix de reconnaissance à la Ferme Équiporc, de Saint-Camille, dans la catégorie Éleveur, puis à Shur-Gain, dans les catégories Fournisseur et Transformateur.