Le Conseil du statut de la femme vient de publier un portrait préliminaire de la relève agricole féminine duquel émane une répartition traditionnelle des tâches à la ferme. Photos : Caroline Hayeur

Le Conseil du statut de la femme vient de publier un portrait préliminaire de la relève agricole féminine duquel émane une répartition traditionnelle des tâches à la ferme. Photos : Caroline Hayeur

La relève agricole féminine scrutée par le Conseil du statut de la femme

Dans le portrait de la relève agricole féminine qu’il vient de dévoiler, le Conseil du statut de la femme (CSF) s’appuie sur le témoignage de trois productrices déterminées qui doivent abattre un à un les obstacles se dressant sur leur chemin.

« Je voulais qu’on incarne le succès de ces entrepreneures et leur contribution à la vie économique du Québec », mentionne la présidente du CSF, Me Louise Cordeau. Déjà sensibilisée à l’importance des femmes en agriculture, Me Cordeau a demandé que leur situation soit documentée après son arrivée en poste au début de 2017.

Aussi positifs et diversifiés soient les modèles féminins choisis pour ce portrait, le CSF cible la répartition traditionnelle des tâches entre les femmes et les hommes à la ferme parmi les pistes de discussions à explorer. « Les hommes occupent des responsabilités techniques, alors que les femmes se consacrent à la gestion et au volet relationnel de l’exploitation. Elles assument en outre l’essentiel du travail domestique et parental de même que la charge mentale qui y est associée », peut-on lire dans le document.

Le portrait préliminaire qui vient d’être brossé sera suivi en 2019 d’une analyse plus approfondie des entretiens réalisés par la professionnelle de recherche Nathalie Bissonnette auprès d’une vingtaine d’autres agricultrices de la relève.

Pour consulter le portrait de la relève agricole féminine que vient de dévoiler le CSF, cliquez ici.

Trois portraits de jeunes agricultrices

Maude Tremblay, productrice bovine au Bas-Saint-Laurent

Propriétaire unique après un transfert non apparenté

Fouettée par les commentaires décourageants de son entourage, Maude Tremblay a fait l’acquisition d’un élevage bovin qu’elle exploite sur une terre louée au propriétaire cédant. Même si elle évolue dans l’univers très masculin des encans, elle est progressivement parvenue à faire reconnaître son expertise auprès de ses pairs.

La productrice bovine Maude Tremblay conduit tous ses tracteurs, mais en confie la réparation à un employé mécanicien étant donné que la gestion, le bien-être animal et le suivi génétique la passionnent plus que la mécanique.

La productrice bovine Maude Tremblay conduit tous ses tracteurs, mais en confie la réparation à un employé mécanicien étant donné que la gestion, le bien-être animal et le suivi génétique la passionnent plus que la mécanique.

Audrey Bogemans, productrice de grains en Montérégie

Copropriétaire, transfert apparenté en cours

Cette fille de producteurs qui est en train de prendre la relève de l’entreprise familiale avec son conjoint a beau être présidente de sa chambre de commerce, elle se bute encore à des préjugés de la part d’acteurs externes. On lui demande par exemple de réunir des hommes pour une prise de décisions à la ferme. « Ce n’est pas une question d’âge, c’est une question de sexe, clairement », mentionne Audrey Bogemans.

La mise en marché des grains, le suivi agronomique et la gestion de l’entreprise tiennent Audrey Bogemans bien occupée. Elle constate toutefois que les activités agricoles de son conjoint aux champs sont plus valorisées que ses tâches administratives.

La mise en marché des grains, le suivi agronomique et la gestion de l’entreprise tiennent Audrey Bogemans bien occupée. Elle constate toutefois que les activités agricoles de son conjoint aux champs sont plus valorisées que ses tâches administratives.

Véronique Bouchard, productrice maraîchère biologique dans les Laurentides

Copropriétaire de l’entreprise démarrée avec son conjoint

Véronique Bouchard a dû faire preuve d’une grande détermination pour parvenir à convaincre la Commission de protection du territoire agricole du Québec d’accepter de morceler la terre où elle souhaitait établir sa ferme. La grande efficacité de l’entreprise a valu au couple de nombreux prix et distinctions ces dernières années.

 

La répartition des tâches entre Véronique Bouchard et son conjoint s’est faite en fonction des intérêts de chacun. L’agricultrice a entre autres pris en charge les ressources humaines, la communication, les finances et la comptabilité.

La répartition des tâches entre Véronique Bouchard et son conjoint s’est faite en fonction des intérêts de chacun. L’agricultrice a entre autres pris en charge les ressources humaines, la communication, les finances et la comptabilité.

Pour consulter le portrait de la relève agricole féminine que vient de dévoiler le CSF, cliquez ici.