Des groupes de producteurs de l’Estrie et de la Montérégie rencontreront leur député respectif demain et vendredi. Crédit photo : Archives TCN

Des groupes de producteurs de l’Estrie et de la Montérégie rencontreront leur député respectif demain et vendredi. Crédit photo : Archives TCN

Les premières manifestations s’organisent

Des groupes de producteurs de l’Estrie et de la Montérégie rencontreront leur député respectif demain et vendredi afin d’exprimer leur colère face à l’accord conclu par le gouvernement Trudeau.

« Je veux voir mon député pour lui dire qu’il nous a trahis et lui expliquer les conséquences que ça aura pour nous », lance l’agricultrice Ana Maria Martin, qui souligne du même souffle qu’« il ne faut pas attendre pour mettre de la pression sur les politiciens, car si on garde le silence, c’est dire qu’on accepte l’entente ».

Entourée de quelques producteurs de la Montérégie, Mme Martin demandera au député Jean Rioux et au Parti libéral de réelles compensations, sans toutefois se créer d’attentes. « Ça fait trois traités qu’ils [les gouvernements] signent sans que personne ne soit dédommagé directement », résume-t-elle.

Estrie

En Estrie, le producteur laitier Guillaume Nadeau rencontre également jeudi sa députée, la ministre Marie-Claude Bibeau, avec une dizaine de ses confrères. « On veut la mettre de notre bord pour qu’elle transmette nos propositions au caucus de son parti. On veut des compensations pour tous les agriculteurs, sans que les frais d’administration du programme et les honoraires des professionnels viennent gruger la moitié de notre enveloppe », indique-t-il.

Son groupe exige aussi que le fédéral rende obligatoire l’étiquetage des produits laitiers provenant des États-Unis, et ce, pour tous les aliments qui en contiennent. Une pétition a été mise en ligne à ce sujet.

Grosse manifestation à Granby

Les Producteurs de lait de Montérégie-Est organisent une importante manifestation à Granby, vendredi matin, au bureau du député libéral Pierre Breton.

« L’heure est grave. Il est temps que ça bouge. On ne peut pas se faire voler des parts de marché sans rien dire », lance Nicolas Mailloux, un producteur laitier de 33 ans, qui invite ses confrères et consœurs en grand nombre. Soutenu par la Fédération de l’UPA de la Montérégie, cet événement s’adresse aux producteurs de toutes les régions de même qu’aux consommateurs. « On aimerait rallier 400 manifestants », dit Joëlle Jetté, la personne à contacter à la Fédération pour le rassemblement.