fbpx
André Lamontagne dit n’avoir en aucun temps demandé lui-même le congédiement de Louis Robert. Crédit photo : Archives/TCN

André Lamontagne dit n’avoir en aucun temps demandé lui-même le congédiement de Louis Robert. Crédit photo : Archives/TCN

Vives réactions au congédiement de Louis Robert

Les partis d’opposition souhaitent que l’agronome Louis Robert réintègre ses fonctions au MAPAQ.

Louis Robert, un agronome expert en grandes cultures qui cumule 32 années de service, a été congédié le 24 janvier du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour avoir transmis des documents confidentiels à des journalistes. Ces renseignements divulgués en mars 2018 dénonçaient l’ingérence du secteur privé dans les recherches sur l’utilisation des pesticides financées en grande partie par le MAPAQ et réalisées au Centre de recherche sur les grains (CÉROM).

Les porte-parole en matière d’agriculture de Québec solidaire et du Parti québécois ont demandé que l’agronome réintègre son poste, mais le Parti libéral presse le ministre de faire la lumière sur cette affaire.

L’Union des producteurs agricoles n’a pas souhaité émettre de commentaires sur le sujet en soulignant qu’il s’agit « fondamentalement d’une question de relations de travail au MAPAQ ».

Précision

Après avoir révélé en mêlée de presse le 30 janvier qu’il avait « personnellement autorisé » le licenciement de l’agronome Louis Robert, le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, a précisé son implication dans cette affaire. Sur sa page Facebook, il a indiqué avoir plutôt « accordé toute sa confiance aux gestionnaires du ministère » et de n’avoir « en aucun temps » demandé lui-même le congédiement de l’employé.

Il mentionne par ailleurs que son gouvernement soutient les lanceurs d’alerte et les encourage à faire des dénonciations, mais en ayant recours aux mécanismes qui existent.

SUR LE MÊME SUJET
« Un triste jour pour l’agronomie »