fbpx
Crédit photo : MarieMichèle Trudeau

Crédit photo : MarieMichèle Trudeau

Une politique énergétique prometteuse pour l’agriculture

MONTRÉAL — « C’est un nouveau chapitre, c’est un tournant important vers une nouvelle économie sobre en carbone », a déclaré d’entrée de jeu Philippe Couillard lors du lancement de la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec à la Place des Arts à Montréal, ce jeudi 7 avril.

Trois ministres ainsi que le premier ministre étaient réunis pour ce lancement d’une politique qui énonce cinq grands objectifs :

– Améliorer l’efficacité énergétique de 15 %;

– Réduire l’utilisation des produits pétroliers de 40 %;

– Éliminer l’utilisation du charbon comme énergie thermique;

– Améliorer de 25 % la part des énergies renouvelables;

– Augmenter de 50 % la production de bioénergie.

On connaît encore peu de détails sur les moyens d’action qui permettront d’atteindre ces objectifs ambitieux. Un projet de loi devrait être déposé ce printemps et le premier de trois plans d’action (2016-2020) suivra l’automne prochain.

Le document expliquant cette politique parle néanmoins d’avancées intéressantes pour les secteurs agricole et forestier. Des initiatives comme la production de biocarburant, d’énergie à partir de biomasse forestière ou la prolongation du réseau électrique triphasé font partie des objectifs de la politique. Québec souhaite aussi donner un meilleur accès aux énergies plus propres pour le secteur agricole et rural.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) dit accueillir favorablement cette nouvelle politique. Elle se dit « prête à collaborer activement avec le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles de façon à favoriser leur efficacité et leur accessibilité », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

« Ils veulent enlever le pétrole. Les producteurs sont prêts à jouer cette game-là », a déclaré le président des Producteurs en serre du Québec, André Mousseau, qui met cependant en garde Québec contre les délais d’application et les programmes qui sont souvent mal adaptés aux petites serres. Il salue par contre la volonté d’étendre le réseau électrique triphasé.

Plus de détails dans la prochaine édition de La Terre de chez nous.