Isabelle et Christine Gaudet. Crédit photo : Pascal Ratthé

Isabelle et Christine Gaudet. Crédit photo : Pascal Ratthé

Merci, Monsieur Gaudet!

QUÉBEC — Émues aux larmes au Congrès de l’Union des producteurs agricoles (UPA) le 5 décembre, les sœurs Gaudet ont assisté au vibrant hommage rendu à leur père, l’ancien président de l’organisation Pierre Gaudet.

L’homme a tragiquement perdu la vie dans un accident de la route le 20 septembre dernier. Il avait 67 ans.

Assises parmi les 320 délégués, Isabelle et Christine Gaudet, étaient émues. « Je suis fière du travail accompli. Ça confirme que notre papa était bel et bien le meilleur pour nous », a mentionné l’aînée, Isabelle Gaudet.

« Je suis vraiment honorée que son apport au développement de l’agriculture ait été souligné. Nous savions depuis longtemps qu’il était un grand homme, mais pour nous, c’est celui qui nous a consolées et épaulées toute notre vie », a renchéri sa cadette, Christine.

Pierre Gaudet est l’un de ceux qui ont réussi à écrire certaines pages de l’Histoire agricole et municipale du Québec, avait affirmé l’actuel président de l’UPA, Marcel Groleau, en septembre.

Habile communicateur

Pierre Gaudet a notamment été le plus jeune président que l’Union ait connu, de 1979 à 1981, puis a occupé le poste de 1er vice-président de l’organisation de 1987 à 1993.

« Quand il était à l’UPA, notre père était toujours très occupé. Tout le monde le réclamait pour tout. Même en vacances, les gens l’interpellaient pour lui poser des questions. […] Il était exigeant envers lui-même, mais aussi avec nous. Lorsqu’on était jeunes, plusieurs personnes venaient à la maison pour divers problèmes et papa a toujours gardé la porte grande ouverte », ont mentionné les sœurs.

Pierre Gaudet était un homme audacieux, avant-gardiste et humble, un habile communicateur « un brin baveux ». Il avait un franc-parler et une facilité à mettre en valeur les forces de tout un chacun dans les dossiers qu’il pilotait.

Pierre Gaudet a aussi été l’un des premiers producteurs à promouvoir l’agriculture biologique au Québec et à la pratiquer. Il a d’ailleurs été membre fondateur et 3e président de la Fédération d’agriculture biologique du Québec (FABQ). L’aide à la relève et la promotion des cultures émergentes ont particulièrement marqué ses mandats. Puis, en 1991, il s’est lancé en politique municipale.

La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Si Isabelle Gaudet travaille en ville, sa sœur Christine exploite une ferme laitière, coordonne la coopérative de solidarité de services de remplacement agricole et « juste pour être sûre d’avoir pris la relève comme il faut », elle est conseillère municipale, comme l’a été son père pendant 27 ans.

« Je me souviens quand j’ai fait mon cours en agriculture à Victoriaville. Les professeurs étaient tous impressionnés que je sois la fille de Pierre Gaudet et j’avais pris l’habitude de dire d’emblée : Oui, c’est mon père. »