fbpx
Depuis sa mise en place en août 2017, le Programme d’investissement pour fermes laitières a été sévèrement critiqué. Crédit photo : Archives/TCN

Depuis sa mise en place en août 2017, le Programme d’investissement pour fermes laitières a été sévèrement critiqué. Crédit photo : Archives/TCN

Les gagnants de la loterie du PIFL sont connus

Les gagnants de la loterie de la deuxième et dernière phase du Programme d’investissement pour fermes laitières (PIFL) sont désormais connus.

Cette fois, environ 3 200 producteurs laitiers ont présenté une demande d’aide financière pour des projets totalisant 98 M$, indique Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). De ce nombre, quelque 1 400 dossiers ont été sélectionnés « au hasard » par le fédéral, en utilisant un algorithme de classement aléatoire.

Ces gagnants de la loterie du PIFL ont été invités à soumettre un formulaire de demande détaillé. Leurs dossiers sont actuellement examinés. Les moins chanceux ont été placés sur une liste d’attente.

Les fonds du PIFL seront répartis entre les provinces en fonction de leur part du quota laitier national. Les éleveurs québécois ont déposé 1 471 propositions de projet dont environ 460 ont été sélectionnées pour la présentation d’une demande complète. Ces projets s’ajoutent aux 876 financés au Québec dans le cadre de la première phase.

Insuffisant

À l’origine, le Programme devait dédommager les éleveurs laitiers canadiens pour les concessions à la gestion de l’offre prévues dans l’Accord économique et commercial global (AECG) avec l’Union européenne. À ce jour, près de 2 000 projets ont été financés à l’échelle du pays. En ajoutant les 1 400 dossiers retenus pour la deuxième phase, c’est un potentiel de 3 400 exploitations qui pourraient être soutenues, ce qui s’avère bien inférieur au total de 11 000 fermes laitières au pays, dénoncent les producteurs. Sans compter qu’il s’agit d’un programme à frais partagés, qui oblige les entreprises à investir, et non d’un réel outil de compensation, critiquent-ils aussi.