fbpx
La ministre fédérale de l’Agriculture à la dissolution de la Chambre des communes, Marie-Claude Bibeau, lors de l’annonce des compensations laitières en août dernier. Crédit photo : Archives/TCN

La ministre fédérale de l’Agriculture à la dissolution de la Chambre des communes, Marie-Claude Bibeau, lors de l’annonce des compensations laitières en août dernier. Crédit photo : Archives/TCN

Marie-Claude Bibeau de retour à l’agriculture

Marie-Claude Bibeau conserve ses fonctions de ministre fédérale de l’Agriculture. C’est ce qui a été annoncé lors du dévoilement du nouveau cabinet de Justin Trudeau.

La députée de Compton-Stanstead a hérité du portefeuille de l’Agriculture en mars dernier, devenant la première femme à la tête de ce ministère.

Elle a ainsi piloté en août l’annonce des compensations aux producteurs laitiers en guise de dédommagement pour les accès à leur marché concédés par Ottawa dans l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne et le Partenariat transpacifique global et progressiste.

Au cours de ce nouveau mandat, Mme Bibeau aura fort à faire puisque les autres producteurs sous gestion de l’offre (œufs et volailles) de même que les transformateurs laitiers attendent toujours leurs compensations.

La dynamique à Ottawa sera également différente d’avant le scrutin du 21 octobre puisque la ministre évoluera au sein d’un gouvernement minoritaire. Elle devra de plus composer avec la présence du Bloc québécois, dont le chef a répété à maintes reprises que le versement des compensations aux producteurs sous gestion de l’offre constituait une priorité pour son parti. Par ailleurs, Mme Bibeau ne pourra plus compter sur son secrétaire à l’Agriculture, le producteur laitier Jean-Claude Poissant, défait dans son comté de La Prairie.

Autres ministères

La ministre sortante des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, cède la place à François-Philippe Champagne, qui a déjà dirigé le ministère du Commerce international ainsi que celui des Infrastructures. Du point de vue de l’agriculture, il s’agit d’un ministère stratégique, en pleine négociation d’un accord de libre-échange avec les pays du Marché commun de l’Amérique du Sud (Mercosur) qui regroupe notamment le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay. D’ailleurs, les agriculteurs demeurent inquiets face à d’éventuelles concessions commerciales dans la volaille et les œufs.


Plus de détails et autres textes dans l’édition papier de La Terre publiée le 27 novembre.
Pour vous abonner 👉 http://bit.ly/abonnementlaterre