fbpx
« Les agriculteurs doivent avoir confiance, financièrement parlant, qu’ils ne risquent pas de faire faillite à cause des impacts de la COVID-19 », a affirmé la présidente de la FCA, Mary Robinson. Photo : Archives / TCN

« Les agriculteurs doivent avoir confiance, financièrement parlant, qu’ils ne risquent pas de faire faillite à cause des impacts de la COVID-19 », a affirmé la présidente de la FCA, Mary Robinson. Photo : Archives / TCN

La FCA réclame 2,6 G$ à Ottawa

La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) chiffre à 2,6 G$ le montant que le gouvernement Trudeau devrait allouer au fonds d’urgence qu’elle réclame.

« Ce montant repose sur des estimations des impacts immédiats de la COVID-19 fournies par les groupes de producteurs agricoles spécialisés de partout au pays », affirme la FCA.

L’organisation rappelle la nécessité de créer ce fonds, notamment en raison des fermetures dans les secteurs des services d’alimentation et de la transformation alimentaire et de l’augmentation des coûts de main-d’œuvre et coûts connexes. « Il convient de souligner que ce chiffre [de 2,6 G$] correspond aux pertes accumulées jusqu’à la semaine dernière, et que les pertes subies et les dépenses additionnelles à engager continueront d’augmenter [avec la crise] », peut-on lire dans le communiqué.

« La saison [des semences] a commencé. Dame Nature n’attend personne. Les agriculteurs doivent avoir confiance, financièrement parlant, qu’ils ne risquent pas de faire faillite à cause des impacts de la COVID-19 », a affirmé la présidente de la FCA, Mary Robinson.

Rappelons que l’Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) avait joint sa voix à la FCA pour demander la création de ce fonds à Ottawa, le 16 avril. Le président de l’UPA, Marcel Groleau, avait affirmé à La Terre que les programmes de soutien existants tels qu’Agri-stabilité ne suffiront pas à combler les besoins du milieu agricole.