fbpx
Crédit photo : Shutterstock.com

Crédit photo : Shutterstock.com

La Chine suspend le permis de deux exportateurs de porcs canadiens

Deux exportateurs de porcs canadiens, Drummond Export et l’usine d’Olymel de Red Deer, en Alberta, ont vu leur permis d’exportation temporairement suspendu en Chine.

Olymel a confirmé l’information, mais n’a pas souhaité commenter davantage. Du côté de Drummond Export, la suspension est effective depuis le 30 avril. « On se pose des questions. Ils ne nous ont pas dit pourquoi », souligne le directeur du développement international de l’entreprise, Bruno Mussely.

Les démarches visant à rétablir la situation se feront par l’entremise de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. « On pense que c’est un problème [administratif], parce qu’on a été suspendus par la douane. Ce ne sont pas les services sanitaires ni les inspecteurs, poursuit M. Mussely. Manquait-il quelque chose sur un certificat? Est-ce qu’il y a une erreur? On attend que l’Agence discute de ça avec la Chine et s’il y a des corrections à faire, on va les faire. » Selon Radio-Canada, l’utilisation de formulaires périmés serait en cause dans cette affaire.

Rassurant

Joint par La Terre aux Philippines, le président-directeur général de Canada Porc International, Martin Lavoie, se fait rassurant. « On n’est pas rendus à s’inquiéter. Il y a une bonne coopération des opérations en Chine et ça peut se régler rapidement », a-t-il souligné.

Martin Lavoie estime qu’il n’y a pas de parallèle à faire avec la situation des producteurs de canola de l’Ouest canadien, dont les entreprises exportatrices se font suspendre, les unes après les autres, leur permis d’exportation en Chine en guise de représailles à l’arrestation en sol canadien de Meng Wanzhou, la dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

Impact

L’usine de transformation de Drummond Export s’approvisionne auprès de plusieurs abattoirs de la province. Bien qu’il soit trop tôt pour évaluer l’impact réel de ces suspensions sur la production porcine, le dirigeant de Canada Porc International affirme que la situation aurait été pire si la suspension s’était directement appliquée à un abattoir québécois.

Drummond Export n’a pas souhaité divulguer ses volumes de porcs exportés en Chine.

En février 2019, le Canada a vendu 58 millions de kg de porc dans l’Empire du Milieu, ce qui représente une augmentation de 23 % par rapport à la même période un an plus tôt.

Un jour férié en Chine retardera les démarches canadiennes jusqu’à la fin de la semaine. « On en saura plus lundi », conclut M. Lavoie.