fbpx

Jean Garon est mort

Considéré comme l’un des grands ministres de l’Agriculture au Québec, Jean Garon est décédé hier soir d’un arrêt cardiaque à l’âge de 76 ans.

Il était le père de la Loi sur la protection du territoire agricole, communément appelée la loi sur le zonage agricole adoptée le 9 novembre 1978.

Né à Saint-Michel-de-Bellechasse le 6 mai 1938, il est admis au Barreau du Québec en juin 1970. Élu député de Lévis en novembre 1976, il entre au cabinet de René Lévesque à titre de ministre de l’Agriculture. Il conservera cette fonction dans le cabinet de Pierre-Marc Johnson jusqu’en décembre 1985. Il occupera aussi le poste de ministre de l’Éducation dans le cabinet de Jacques Parizeau de septembre 1994 à janvier 1996.

Jean Garon a également laissé sa marque comme maire de Lévis de 1998 à 2005. Malgré une santé fragile ces dernières années, le politicien est demeuré très actif, notamment à titre de chroniqueur. Indépendantiste de la première heure, Jean Garon a été vice-président du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) de la région de Québec en 1962.

Marcel Groleau, président de l’Union des producteurs agricoles, tient dans un premier temps à offrir ses sincères condoléances aux membres de la famille. À ses yeux, Jean Garon a été l’un des grands ministres de l’Agriculture au Québec avec deux lois « qui ont fait la différence ».

En plus d’être le père de la Loi sur la protection du territoire agricole, souligne-t-il, il a étendu la portée de la Loi sur l’assurance stabilisation des revenus des agriculteurs à d’autres secteurs, tandis que le secteur agricole connaissait l’une de ses pires crises.

« À son époque, affirme Marcel Groleau, il a été le ministre dont les agriculteurs avaient besoin. Le rôle d’un ministre de l’Agriculture, c’est de défendre les priorités de l’agriculture au sein d’un conseil des ministres. On ne pouvait avoir meilleur défenseur que lui. Si l’agriculture peut offrir des carrières intéressantes aujourd’hui, c’est parce qu’il y a eu une évolution et Jean Garon en a été l’un des pionniers. »