fbpx
L’entreprise qui représente les acheteurs a un bureau dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Crédit photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

L’entreprise qui représente les acheteurs a un bureau dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Crédit photo : Myriam Laplante El Haïli/TCN

Intérêts chinois au Témiscamingue : pas seulement de la luzerne

« De la luzerne, des céréales et peut-être du maïs plus tard », explique l’un des représentants de la compagnie Mapleville, M. Yang. Celui-ci est censé faire le lien entre les intérêts chinois et le Canada.

Dans la tour à bureaux de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce à Montréal, M. Yang a confié à la Terre que les investisseurs comptent, à long terme, cultiver bien plus que de la luzerne au Témiscamingue.

Rappelons que la Terre a appris samedi que quatre promesses de vente de terres, d’un total de 3 300 acres, ont été signées dans cette région.

« Maintenant, c’est 3 300 acres, mais on aspire à plus que ça », ajoute en français le représentant d’origine asiatique, qui ne parle toutefois que de promesses d’achat pour le moment.

La compagnie Mapleville vend, sur le Web, des produits canadiens exclusivement pour la Chine : vins de glace, produits de l’érable, etc. M. Yang indique par ailleurs qu’une autre entreprise serait impliquée dans l’achat des terres.