fbpx
Des milliers de poulets ont commencé à être euthanasiés par le transformateur Exceldor, qui explique la situation par un manque criant de main-d’œuvre. Photo : Archives/TCN

Des milliers de poulets ont commencé à être euthanasiés par le transformateur Exceldor, qui explique la situation par un manque criant de main-d’œuvre. Photo : Archives/TCN

Euthanasie de volailles :  une situation évitable?

Le transformateur Exceldor a annoncé le 3 janvier qu’il devait procéder à l’euthanasie de milliers de poulets en raison « d’un manque important de personnel » dans ses équipes de capture et dans ses usines de transformation de Saint-Damase, en Montérégie, et de Saint-Anselme, en Chaudière-Appalaches.

Les Éleveurs de volailles du Québec (EVQ) avaient pourtant tiré la sonnette d’alarme en octobre concernant le manque criant d’attrapeurs de volailles en demandant aux transformateurs de mettre en place un plan de contingence pour éviter de devoir euthanasier des oiseaux.

« Avec la montée fulgurante des cas de COVID-19 dans la province et le nombre précaire de travailleurs, nous ne pouvions envisager de courir le risque que la situation s’aggrave davantage. Pour des questions de bien-être animal et de marché, nous sommes donc contraints à avoir recours à la pratique de l’euthanasie humanitaire », écrit Gabrielle Fallu, chef des relations publiques pour la coopérative, dans un communiqué. La coopérative explique également la situation par des retards accumulés dans le traitement des demandes de travailleurs étrangers temporaires par le gouvernement fédéral. Ces délais ont eu, selon Exceldor, des conséquences majeures sur la chaîne d’approvisionnement.

 « Ces euthanasies auraient pu être évitées si un bon plan de contingence avait été rapidement mis en place, comme les EVQ le demandaient depuis des semaines », affirme Martin Caron, président de l’Union des producteurs agricoles.  « C’est pour ça que les producteurs vivent aujourd’hui une frustration par rapport à ces euthanasies, même s’ils sont indemnisés. »

Entre-temps, Exceldor a envoyé un appel à l’aide aux autres transformateurs de l’industrie en leur offrant gratuitement les oiseaux qu’il ne peut plus abattre. Le transformateur Olymel a confirmé avoir accepté « d’en absorber une partie seulement », précisant être lui aussi aux prises avec une main-d’œuvre limitée et des cas de COVID-19 en progression dans ses usines de transformation.

Des tests rapides distribués dans les abattoirs

Par ailleurs, une récente rencontre avec le ministre québécois de l’Agriculture André Lamontagne permet à Martin Caron d’énumérer les nouvelles mesures prévues pour le secteur agroalimentaire. « Des tests rapides ont entre autres commencé à être distribués dans les abattoirs et l’accès à la 3e dose de vaccin contre la COVID-19 devrait être offert à tous les travailleurs du secteur, peu importe leur âge », rapporte M. Caron.