Dans son discours, le président de l’UPA, Marcel Groleau, a suggéré au gouvernement Legault cinq façons de faire preuve d’audace en agriculture. Crédit photo : Pascal Ratthé

Dans son discours, le président de l’UPA, Marcel Groleau, a suggéré au gouvernement Legault cinq façons de faire preuve d’audace en agriculture. Crédit photo : Pascal Ratthé

La définition de l’audace, selon Marcel Groleau

QUÉBEC — L’audace évoquée par le premier ministre François Legault depuis son entrée en poste a inspiré le discours inaugural du président Marcel Groleau lors du 94e Congrès de l’Union des producteurs agricoles (UPA) qui s’est ouvert aujourd’hui. Il a fourni une définition en cinq points de ce que serait selon lui l’audace en agriculture.

1- L’audace de travailler étroitement avec les organisations de producteurs

M. Groleau souhaite qu’un lien étroit soit recréé avec le gouvernement du Québec, qu’il aille plus loin que la simple consultation. Cela permettrait la mise en place d’outils répondant aux besoins des producteurs, notamment pour assurer une bonne gestion des risques. « On ne veut pas contrôler; on veut participer! » a-t-il affirmé, ajoutant que cette collaboration a déjà existé dans le passé.

2- L’audace d’avoir un vrai plan vert agricole

Ce plan vert convoité inclurait de la recherche entre autres sur la captation des gaz à effet de serre et rétribuerait les services écologiques rendus par les agriculteurs.

3- L’audace dans la gestion des risques

Le président de l’UPA a plaidé pour une actualisation du Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles ainsi que de l’assurance récolte. « La clé de l’investissement, c’est la gestion des risques, a-t-il insisté. Il faut que ce soit adapté aux régions et aux productions. »

4- L’audace de régler le dossier des taxes foncières 2019

M. Groleau a été chaudement applaudi après avoir demandé à l’auditoire : « Êtes-vous prêts à régler le dossier des taxes foncières une bonne fois pour toutes? » Si rien n’est fait, il estime que les producteurs agricoles devront sortir 34 M$ supplémentaires de leurs poches en 2019.

5- L’audace pour la relève agricole

« L’Arterre existe, mais ça prend d’autres outils », a souligné Marcel Groleau, qui a réclamé du capital patient.

Inspiré par le thème de l’événement, « Nourrir en 2048 », le président de l’UPA a bien fait rire les congressistes en leur présentant une caricature de lui dans 30 ans. « J’ai conservé mes souliers de golf et mon verre de martini, a-t-il dit, mais on voit que le body s’est dégradé. » Sur un ton plus sérieux, Marcel Groleau a fait valoir que 2048, c’est demain matin, et qu’il importe d’entreprendre dès maintenant une réflexion sur la direction à prendre.

M. Groleau, il y a 30 ans… et dans 30 ans! Un clin d’œil humoristique au thème du 94e Congrès qui s’est ouvert le 4 décembre. Crédit photo : Vincent Cauchy/TCN

M. Groleau, il y a 30 ans… et dans 30 ans! Un clin d’œil humoristique au thème du 94e Congrès qui s’est ouvert le 4 décembre. Crédit photo : Vincent Cauchy/TCN