fbpx
Photo : Shutterstock

Photo : Shutterstock

Aperçu des candidats agricoles

En cette campagne électorale, La Terre présente ici un survol des candidats qui retiennent l’attention pour leur lien avec l’agriculture.

COALITION AVENIR QUÉBEC

Audrey Bogemans : « Mon objectif est de défendre mon milieu »

La productrice de grandes cultures Audrey Bogemans a fait le saut en politique en juillet et elle dit adorer sa campagne. « Je suis sur le terrain; on donne tout ce qu’on a pour aller à la rencontre des gens, les écouter, vérifier les enjeux et bien connaître les dossiers », raconte-t-elle.

Si elle est élue, l’agricultrice veut dynamiser sa circonscription rurale, en misant sur l’agriculture, et particulièrement sur la relève. Ses sorties de porte-à-porte lui ont notamment démontré la détresse des personnes âgées. « En milieu rural, quand leur mobilité est atteinte, l’anxiété embarque. Ce sont eux qui ont construit notre société. Il faut les soutenir, avec plus de soins à domicile en milieu éloigné, et donner aussi du répit aux proches aidants », énumère-t-elle.

La candidate estime par ailleurs que l’accès à des volumes d’eau suffisants, pour le développement résidentiel par exemple, est criant. La candidate est-elle d’accord avec son parti qui désire utiliser 6,5 G$ de fonds publics pour construire un 3e lien entre Québec et Lévis? Elle répond que le Québec a besoin de mobilité et qu’il faut ajouter des infrastructures afin d’accroître le développement économique.

André Lamontagne, Johnson

Ministre sortant de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne a été élu député à deux reprises depuis 2014. Fils du cofondateur de Provigo, le candidat a été propriétaire d’épiceries et d’autres entreprises avant de se lancer en politique. Il a également investi dans le commerce de détail, la technologie, l’aviation et le conseil en gestion. 

Eric Girard, Lac-Saint-Jean

Eric Girard est copropriétaire d’une ferme bovine et céréalière à Saint-Nazaire. Il a également occupé les postes de président du syndicat local de l’UPA Lac-Saint-Jean-Est et de vice-président de la Fédération de l’UPA du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Diplômé en gestion et technologies d’entreprise agricole, le candidat a siégé à la Commission permanente de l’agriculture durant les quatre dernières années.   

Sylvie D’Amours, Mirabel

Sylvie D’Amours est cofondatrice du vignoble Les Vents d’Ange et du Centre d’interprétation de la courge à Saint-Joseph-du-Lac. Par le passé, la candidate a été présidente de la Table de concertation agroalimentaire des Laurentides, du Comité agroalimentaire de la Conférence régionale des élus et du Syndicat des agricultrices de la région Outaouais-Laurentides. 


PARTI LIBÉRAL

Jean-Claude Poissant : « J’ai encore un bout à donner! »

Candidat du Parti libéral du Québec dans Huntingdon

Jean-Claude Poissant revient de nouveau dans l’arène politique, lui qui a été député libéral au fédéral entre 2015 et 2019, après avoir occupé une fonction de conseiller municipal. Pourquoi tenter le coup au provincial? « Parce que j’ai encore un bout à donner! Je connais la réalité du municipal, et le fait d’avoir déjà été à Ottawa, je pense que je suis peut-être le mieux placé pour faire passer des choses du Québec à Ottawa », dit le producteur laitier.

Ses électeurs lui parlent actuellement beaucoup de problèmes de main-d’œuvre. En ce sens, son parti veut rapatrier le dossier de l’immigration des travailleurs étrangers temporaires. « Pour éviter la paperasse et des délais », espère-t-il. Ses électeurs se disent aussi préoccupés par l’accès aux services de la santé et à l’eau. Est-il à l’aise de revenir en politique sachant que son mandat au fédéral a entraîné la déception de plusieurs agriculteurs en raison des derniers accords commerciaux? « Si aujourd’hui je me présente la tête haute, c’est parce que justement, je sais tout ce qui s’est passé en arrière [en lien avec la négociation des accords].

Les concessions, c’était la chose à faire pour l’ensemble de l’agriculture canadienne. Et ça nous a permis de fermer la champleure aux douanes [des importations illégales de lait] », répond M. Poissant.

Normand Côté, Lotbinière-Frontenac

Producteur laitier de deuxième génération, Normand Côté cumule 19 années d’expérience en politique municipale à titre de maire de Saint-Flavien et de préfet de la MRC de Lotbinière. Il a également siégé au conseil d’administration de la Fédération québécoise des municipalités, du syndicat local de l’UPA du Centre de Lotbinière et occupé la présidence de la Fédération de l’UPA de Lotbinière-Mégantic. 


QUÉBEC SOLIDAIRE

Philippe Pagé : « J’aimerais corriger la lourdeur administrative dans les abattoirs »

Candidat de Québec solidaire dans Richmond

S’il parvient à ravir le siège du caquiste André Bachand dans l’ancien bastion libéral (de 1981 à 2018) de Richmond en Estrie, le candidat de Québec solidaire, Philippe Pagé, portera d’abord à l’Assemblée nationale le dossier de l’allègement réglementaire des abattoirs. « La manière dont est organisée la supervision de la salubrité des aliments et les pratiques d’abattage ne sont pas adaptées à un milieu de plus en plus dynamique », explique-t-il.

Ayant grandi dans une ferme porcine familiale et occupé le poste de directeur général de la Fédération de la relève agricole du Québec, M. Pagé croit que les producteurs de la province sont « mieux servis par un seul syndicat » au même titre que les artistes, les pharmaciens et autres professionnels. Il tentera de renverser la vapeur au sein du parti actuellement en faveur du pluralisme syndical agricole.

Québec solidaire entend aussi imposer une taxe de succession sur les actifs nets de plus de 1 M$, excluant toutefois la valeur des terres agricoles. Selon le candidat, un gouvernement solidaire serait toutefois ouvert à moduler la mesure pour les producteurs détenant des quotas.

Émilise Lessard-Therrien, Rouyn-Noranda–Témiscamingue

Émilise Lessard-Therrien est porte-parole de Québec solidaire en matière d’agriculture et membre de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles. En 2018, elle a fondé une entreprise d’agrotransformation de grains témiscamiens en farines artisanales. 

Marilyn Ouellet, Mégantic

Marilyn Ouellet produit 250 paniers de légumes dans sa ferme biologique du Haut-Saint-François depuis 2015.    

Philippe Jetten-Vigeant, Iberville

Philippe Jetten-Vigeant détient un baccalauréat en agroenvironnement et occupe un rôle de conseiller au sein de coopératives de services-conseils dans le but de réduire l’usage des pesticides et d’améliorer les pratiques environnementales des fermes. Il enseigne en technique agricole au Cégep de Saint-Jean. 

Anne-Marie Melançon, Portneuf

Conjointe d’un producteur acéricole et maraîcher de Saint-Alban, Anne-Marie Melançon a été coordonnatrice du marché public de Deschambault pendant cinq ans.  

Pierre-Luc Lavertu, Saint-Jean

Pierre-Luc Lavertu travaille sur des projets agricoles inspirés de l’agriculture régénératrice et de la permaculture. Il a participé à la fondation d’une coopérative agricole. 


PARTI QUÉBÉCOIS

Julie Boucher : « Nous voulons ramener les services près des gens »

Candidate du Parti québécois dans Berthier

Conjointe d’un producteur de lait, Julie Boucher se décrit comme une fervente indépendantiste. Elle représente le Parti québécois pour une première fois et sans surprise, l’agriculture représente l’une de ses priorités. « Il faut aller chercher l’indépendance alimentaire, investir dans l’achat local et pas juste encourager l’achat local », explique-t-elle.

L’état des routes et l’accès aux services en milieu rural sont des enjeux soulevés par ses électeurs. « Nous voulons ramener les services près des gens, comme les soins à domicile aux aînées, aux personnes à mobilité réduite et aux enfants qui sont éloignés. On veut doubler l’offre de transport en région », illustre-t-elle. Protéger les terres et aider les agriculteurs à effectuer un virage environnemental demeurent d’autres points importants. Sachant que le Parti québécois veut promouvoir une alimentation à plus faible empreinte carbone, basée sur des sources de protéines plus diversifiées, cela ne va-t-il pas à l’encontre de la production animale de son conjoint? Elle répond qu’il faut accompagner les agriculteurs et non leur taper sur les doigts.

Louise Marchand, Lotbinière-Frontenac

Louise Marchand a occupé les postes d’inspectrice et de superviseure en productions animales et végétales à l’Agence canadienne d’inspections des aliments pendant 35 ans. 

Sarah Joly-Simard, La Prairie

Sarah Joly-Simard était économiste aux Éleveurs de volaille du Québec avant de se lancer dans la campagne électorale. 

Philippe Dumas, Nicolet-Bécancour

Philippe Dumas a cofondé le marché numérique Panier local pour aider les producteurs de sa région durant la pandémie. 

 

 


PARTI CONSERVATEUR

 

Frédéric Poulin : « On veut simplifier les choses »

Candidat du Parti conservateur dans Côte-du-Sud

Dans Chaudière-Appalaches, le producteur laitier Frédéric Poulin se lance en politique, parce qu’il estime être rendu « à l’étape de vouloir contribuer à la société ». « Ces dernières années, j’ai entendu des témoignages comme quoi des personnes en CHSLD sont mortes de soif ou ma fille de 14 ans qui devait porter son manteau d’hiver dans sa classe… Je trouve qu’on n’est plus capables de prendre soin de notre monde. Il faut repenser le système, investir dans les bonnes affaires », affirme-t-il.

Rencontrant des électeurs depuis quatre mois, il dit que le sujet de la situation économique revient souvent. « Justement, au parti conservateur, on veut simplifier les choses, aider directement les personnes et leur laisser plus d’argent dans leurs poches », martèle le producteur. Il approuve que son parti veuille légiférer pour éviter que des grèves ne paralysent encore des usines de transformation alimentaire.

Le candidat soutient-il les positions polémiques de son chef, qui militait lors de la pandémie contre les mesures sanitaires obligatoires? M. Poulin répond être vacciné, mais qu’il respecte le libre choix de chacun.

Mario Lyonnais, Nicolet-Bécancour

Producteur laitier depuis 1984, Mario Lyonnais cumule 25 années d’expérience à titre de maire de Sainte-Françoise dans Lotbinière. Depuis les 10 dernières années, il est également préfet de la MRC de Bécancour.