Pierre Lampron et Justin Trudeau le 12 juin à Ottawa. La question des concessions laitières du Canada a été discutée. Crédit photo : PLC

Pierre Lampron et Justin Trudeau le 12 juin à Ottawa. La question des concessions laitières du Canada a été discutée. Crédit photo : PLC

ALENA : les PLC ont une discussion « franche » avec Justin Trudeau

Malgré la rencontre entre les Producteurs laitiers du Canada (PLC) et le premier ministre Trudeau, on ne sait toujours pas si le Canada a proposé des concessions pour un plus grand accès à son marché des produits laitiers.

Après l’entrevue du premier ministre sur les ondes américaines de NBC le 3 juin, les PLC ont déclaré qu’ils trouvaient « profondément troublant » que Justin Trudeau parle de « flexibilité » dans les importations de produits laitiers au Canada. Le président des PLC, Pierre Lampron, a donc obtenu une rencontre le 12 juin avec le premier ministre Justin Trudeau à Ottawa.

Les PLC n’ont pas clarifié publiquement la nature de la « flexibilité » offerte aux Américains, se contentant d’une déclaration écrite. « Je tiens à remercier le premier ministre Trudeau pour la rencontre d’aujourd’hui. Nous avons eu une conversation très franche avec lui, et il est manifeste qu’il comprend nos préoccupations. Le premier ministre a indiqué que non seulement il soutient la gestion de l’offre, mais qu’il est également déterminé à appuyer nos producteurs laitiers et à assurer la vitalité de l’industrie laitière du Canada », a déclaré Pierre Lampron. Le président des PLC a décliné la demande d’entrevue de La Terre au sortir de cet entretien.

L’USDA parle de concessions

L’apparente concession canadienne sur les produits laitiers dans la renégociation de l’ALENA a continué de créer des remous après l’entrevue de Justin Trudeau à NBC et les nombreux tweets du président Trump sur le secteur laitier.

Selon la publication américaine RealAgriculture, le secrétaire à l’Agriculture des États-Unis, Sonny Perdue, a confirmé que des offres canadiennes ont été faites pour l’accès à son marché des produits laitiers. « Ils ont fait une offre récemment qu’ils [le Canada] trouvaient juste. Je ne pensais pas que ça allait assez loin dans cette direction. Espérons qu’ils reviendront et que nous pourrons négocier ça », a déclaré Sonny Perdue le 8 juin à RealAgriculture et à U.S. Farm Report.

Sonny Perdue, secrétaire américain à l’Agriculture (USDA), a indiqué qu’il trouvait que les concessions du Canada sur les produits laitiers n’allaient pas assez loin.

Sonny Perdue, secrétaire américain à l’Agriculture (USDA), a indiqué qu’il trouvait que les concessions du Canada sur les produits laitiers n’allaient pas assez loin.

Débat à Québec

L’existence de concessions canadiennes sur le lait n’est toutefois pas admise par tout le monde. Jean-François Lisée, du Parti québécois (PQ), a questionné le gouvernement du Québec pour savoir à partir de quand il a été mis au courant d’une concession sur les produits laitiers. Laurent Lessard a réagi en disant que son gouvernement continuait à défendre la gestion de l’offre. « Nous ne céderons pas devant la pression du président américain », a répondu le ministre Lessard, précisant qu’il y a « une seule voix au Canada » sur cette question.

Le 12 juin, le PQ a cependant déposé une motion qui demandait que l’Assemblée nationale soit plus précise dans sa défense de la gestion de l’offre en refusant de ratifier tout accord international qui concéderait de nouveaux quotas d’importation de produits sous gestion de l’offre. Le député Marc Tanguay du Parti libéral du Québec a refusé de consentir au débat sur cette motion au nom du gouvernement. Questionné le lendemain, le premier ministre Couillard a réitéré son appui au système. « Si une formation politique a défendu la gestion de l’offre, c’est bien la nôtre. Il n’y a aucun compromis possible. Trop de compromis ont déjà été faits. On veut des fermes à caractère humain », a-t-il ajouté.

Pour voir les débats à Québec, cliquez ici.