fbpx
Financement agricole Canada (FAC) a été mandaté par le ministre de l’Agriculture pour développer une stratégie favorisant l’entrepreneuriat au féminin, a révélé le vice-président aux opérations pour le Québec de FAC, Vincent Giard. Crédit : Archives/TCN

Financement agricole Canada (FAC) a été mandaté par le ministre de l’Agriculture pour développer une stratégie favorisant l’entrepreneuriat au féminin, a révélé le vice-président aux opérations pour le Québec de FAC, Vincent Giard. Crédit : Archives/TCN

500 M$ en prêts spécifiques aux agricultrices entrepreneures

Pour inciter un plus grand nombre de femmes à devenir propriétaires d’entreprises agroalimentaires, Financement agricole Canada (FAC) lance un programme doté d’une enveloppe de prêts de 500 M$ sur trois ans. C’est ce qu’a annoncé le 12 mars la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, à Calgary.

Le nouveau programme de FAC offrira du financement à toutes les femmes détenant des parts dans une exploitation agricole ou de transformation agroalimentaire, « si petites soient-elles », précise Vincent Giard, vice-président aux opérations pour le Québec de FAC. Il n’y a pas de minimum quant au pourcentage de parts détenues par une entrepreneure désirant soumettre un projet.

« La caractéristique de ce prêt, c’est qu’on va réduire les frais de traitement de dossier d’un montant [maximum] de 1 000 $. De plus, on va inciter les femmes entrepreneures à le réinvestir dans des activités de perfectionnement personnel ou professionnel, bien que le choix final leur appartienne », souligne M. Girard.

Forums

En exclusivité, La Terre a également appris que FAC mettra sur pied cinq forums axés sur les femmes entrepreneures à travers le Canada, dont l’un se tiendra au Québec en novembre 2019. L’organisme prévoit aussi ajouter des activités de perfectionnement répondant aux besoins des femmes entrepreneures à son calendrier 2019-2020.

Selon le récent rapport du Conseil du statut de la femme, en 2018, le nombre d’agricultrices détenant des parts dans une exploitation se chiffrait à un peu plus de 11 800, ce qui représente 27 % de l’ensemble des propriétaires de fermes. Seulement 6,4 % d’entre elles sont détenues exclusivement par des femmes.