fbpx
Dans certaines circonstances et selon son jugement professionnel, le médecin vétérinaire peut décider de fournir des conseils, d’évaluer la condition d’un animal, de poser des diagnostics ou de prescrire des traitements (incluant des médicaments) à distance. Photo : Shutterstock.com

Dans certaines circonstances et selon son jugement professionnel, le médecin vétérinaire peut décider de fournir des conseils, d’évaluer la condition d’un animal, de poser des diagnostics ou de prescrire des traitements (incluant des médicaments) à distance. Photo : Shutterstock.com

Télémédecine : un outil de plus dans le coffre du médecin vétérinaire

Saviez-vous que, tout comme les médecins, les ­vétérinaires sont également en mesure d’offrir leurs services à distance? Mais qu’est-ce que la télémédecine vétérinaire?

La télémédecine vétérinaire fait référence à l’exercice de la médecine vétérinaire à distance à l’aide d’outils de communication (téléphone, courriel, messages textes, vidéoconférence, etc.), c’est-à-dire que le médecin ­vétérinaire n’est pas en présence de ses patients. Ainsi, dans certaines circonstances et selon son jugement professionnel, le médecin vétérinaire peut décider de fournir des conseils, d’évaluer la condition d’un animal, de poser des diagnostics ou de prescrire des traitements (incluant des médicaments), le tout à distance.

Soulignons que le médecin vétérinaire a les mêmes responsabilités et obligations professionnelles que lorsqu’il examine un animal en présentiel. Cela signifie notamment que le médecin vétérinaire doit s’assurer que les outils de communication utilisés pour pratiquer la télémédecine sont de qualité suffisante et appropriée pour assurer l’évaluation adéquate de ­l’animal à distance (par exemple, la qualité des photos ou des vidéos reçues, si tel est le cas).

Le médecin vétérinaire est également tenu de conserver un dossier médical pour chaque cas évalué au moyen de la télémédecine. 

Les avantages de la télémédecine vétérinaire

Tout comme en médecine humaine, la télémédecine vétérinaire peut contribuer à améliorer l’accessibilité aux soins vétérinaires, notamment dans les régions éloignées ou sous-servies. La télémédecine vétérinaire peut également contribuer au maintien de la santé publique dans un contexte comme celui de la pandémie de COVID-19, mais aussi limiter certains risques liés à la biosécurité, notamment dans les industries porcines et aviaires.

Les limites de la télémédecine vétérinaire

Ce ne sont pas toutes les situations qui se prêtent à l’usage de la télémédecine vétérinaire et il appartient au médecin vétérinaire de déterminer si l’état de santé de l’animal est compatible avec une téléconsultation. En effet, la télémédecine vétérinaire ne remplace pas un examen physique effectué en présentiel par le médecin vétérinaire.

La télémédecine est un outil fort utile qui doit être réservé à des cas précis et permettre au médecin ­vétérinaire d’agir dans l’intérêt supérieur de l’animal et de son propriétaire tout en respectant ses obligations professionnelles.

Protection du public

Le médecin vétérinaire qui a recours à la télémédecine sur des animaux au Québec doit avoir un permis d’exercice émis par l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec. Diverses offres de services peuvent provenir de fournisseurs partout dans le monde – faites preuve de prudence et informez-vous adéquatement. 

Dre Alix Serapiglia, m.v., Ordre des médecins vétérinaires du Québec