fbpx
Un vaccin composé de coccidies peut être vaporisé sur les poussins afin d’éviter l’usage d’antibiotiques. Photo : Archives/TCN

Un vaccin composé de coccidies peut être vaporisé sur les poussins afin d’éviter l’usage d’antibiotiques. Photo : Archives/TCN

Élevage sans antibiotiques chez les poulets à chair : impacts de la vaccination contre la coccidiose

Un parasite intestinal, une coccidie dénommée Eimeria est responsable de la coccidiose chez les volailles. Or, celui-ci favorise aussi le développement d’une autre maladie plus néfaste : l’entérite nécrotique qui est due à une bactérie naturellement présente chez les volailles, Clostridium perfringens. Contrôler le portage des coccidies chez les poulets est donc une stratégie à double bénéfice.

Les élevages conventionnels utilisent couramment des ionophores identifiés au Canada comme des antibiotiques ayant aussi des propriétés anticoccidiennes; ce qui est l’inverse en Europe notamment. Or, les pressions sociétales et les différents enjeux de santé publique auxquels nous sommes confrontés exigent le retrait des antibiotiques en production animale. Puisque la réglementation des élevages sans antibiotiques au Canada impose de ne plus utiliser les molécules ionophores, l’usage de solutions de remplacement comme des vaccins est donc fréquemment choisi. Mais quels sont les impacts en termes de contrôle parasitaire et de performances de production?

Comparaison

L’équipe de la Chaire en recherche avicole de l’Université de Montréal a déterminé les impacts de ces deux stratégies de contrôles parasitaires en analysant 22 fermes sans antibiotiques et 22 élevages conventionnels.

Les couvoirs vaporisent sur les poussins un vaccin composé de coccidies vivantes non atténuées avant leur envoi dans les fermes sans antibiotiques. Le vaccin contient des parasites soigneusement identifiés et sélectionnés, c’est-à-dire des organismes vivants peu virulents qui vont coloniser les poussins sans les affecter tout en stimulant leur système immunitaire. Ainsi, ils développent une résistance envers d’autres coccidies plus virulentes et déjà présentes dans le poulailler.

En moyenne, dans les élevages sans antibiotiques utilisant un vaccin contre la coccidiose, le moment d’excrétion maximal des œufs de parasites est plus tôt et plus étalé dans le temps que dans un élevage conventionnel pour la même quantité d’œufs de parasites expulsés dans les fientes. Le gain de poids moyen quotidien est 2,28 g inférieur pour les élevages sans antibiotiques alors que l’indice de conversion alimentaire est plus élevé. Par contre, aucune différence n’a été mesurée entre les deux types d’élevages dans le traitement antiparasitaire pour le poids à l’abattage, la viabilité et les condamnations des carcasses. Toutefois, l’incidence des entérites nécrotiques cliniques, soit celles qui sont diagnostiquées, et sous-cliniques, c’est-à-dire celles qui sont suspectées, mais non confirmées, est plus élevée dans les élevages sans antibiotiques.

Les prochains travaux devront déterminer si l’excrétion plus hâtive des œufs de parasites peut être un facteur à utiliser dans la prévention de l’entérite nécrotique ou dans l’optimisation des vaccins antiparasitaires. 

Dr. Éric Parent, M.V. et Dre Martine Boulianne, M.V.
Centre de recherche en infectiologie porcine et avicole (CRIPA) et Chaire de recherche avicole, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal

Cécile Frost
CRIPA : regroupement stratégique du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT)