fbpx
Parmi les oiseaux d’élevage, les dindes sont le plus à risque de contracter cette maladie. Photo : Archives/TCN

Parmi les oiseaux d’élevage, les dindes sont le plus à risque de contracter cette maladie. Photo : Archives/TCN

Détection précoce des maladies virales aviaires : la détection de la variole aviaire chez une nouvelle espèce

La surveillance et la détection précoce des nouvelles maladies sont capitales afin de prévenir toute épidémie et de protéger la faune et l’industrie aviaires. Dans la dernière chronique, nous vous avons parlé du premier cas au Québec d’une infection à l’adénovirus de canard (c’est-à-dire le duck adenovirus-1 ou DAdV-1) dans un élevage de canards.

Une seconde maladie virale a pour agent causal le virus de la variole aviaire : l’avipoxvirus. Le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS) a été alerté pour une maladie inhabituelle chez une espèce de passereaux, le plectrophane (ou bruant) des neiges (Plectrophenax nivalis). Ces oiseaux étaient hébergés en volière extérieure dans un centre de recherche en 2015 et 2016. Des analyses pathologiques ont confirmé la présence d’un virus de la variole aviaire. Ainsi, cette recherche décrit le premier cas de ce type d’infection chez cette espèce.

D’emblée, mentionnons que ce virus ne représente aucun risque sanitaire ou zoonotique chez les humains, puisqu’il est incapable de s’y multiplier. Cette maladie est répandue dans le monde entier, mais est plus fréquente dans les pays tropicaux. Il existe plus de 11 espèces de virus de la variole aviaire. Grâce au séquençage du génome complet de ce virus isolé, l’équipe du Centre de recherche en infectiologie porcine et avicole (CRIPA-FRQNT) a déterminé que ce virus s’apparente aux canarypoxvirus. À ce jour, la source de l’infection de cette espèce d’oiseau est inconnue, mais les vétérinaires suspectent que les vecteurs seraient des insectes piqueurs pour les oiseaux gardés en volière.

La prévention consiste donc à mettre en place des méthodes de contrôle des insectes piqueurs. Un vaccin est aussi disponible, et depuis son utilisation dans le centre de recherche, aucun cas de variole n’a été rapporté. Parmi les oiseaux d’élevage, les dindes sont le plus à risque de contracter cette maladie. Pour les élevages de dindes, poulets et canards, les éleveurs ont accès à des vaccins vivants ciblant la variole aviaire. 

Les formes de la maladie

Le virus de la variole aviaire cause soit une forme sèche avec des affections cutanées prolifératives sur les zones non plumées de la peau, soit une forme diphtérique avec des problèmes au niveau respiratoire ou digestif des petits passereaux infectés.

Dr STÉPHANE LAIR, M.V., D. É. S., DVSc, CQSAS-Université de Montréal
Dr CARL A. GAGNON, M.V., Ph. D., laboratoire de diagnostic moléculaire de l’Université de Montréal et CRIPA-FRQNT
CÉCILE CROST, CRIPA-FRQNT

LIRE AUSSI
Détection précoce des maladies virales aviaires au Québec : le virus du syndrome de la chute de ponte