fbpx
Véronique Dion et René Cloutier aux côté de leur fils, Jean-Rémy.

Véronique Dion et René Cloutier aux côté de leur fils, Jean-Rémy.

Une année de grands changements

Pour les dirigeants et les employés d’Agriclé, 2019 est une année ponctuée de grands changements et de grandes émotions. En pleine croissance, l’entreprise inaugurera à l’automne un nouveau centre de distribution pour mieux servir sa clientèle.

« On s’apprête à vivre un moment important dans l’histoire d’Agriclé, confie René Cloutier, président et copropriétaire de l’entreprise spécialisée dans la distribution d’équipements pour animaux d’élevage et de matériaux de construction. On éprouve un mélange de fébrilité et d’optimisme, même si cela représente beaucoup de travail! »

D’ici quelques semaines, l’entreprise, située présentement à Saint-Dominique, déménagera toutes ses activités dans le parc industriel de Sainte-Cécile-de-Milton, non loin de là.

Le nouveau bâtiment possédera une superficie de 21 000 pi2, soit plus du double que les locaux actuels de l’entreprise. « On se sentait à l’étroit, explique René Cloutier. Les équipements et les matériaux étaient répartis sur différents sites, voire entreposés à l’extérieur faute de place. On perdait du temps pour se déplacer d’un bâtiment à l’autre, sans compter que les employés devaient souvent travailler au gré des intempéries. »

Cela étant dit, la construction du centre de distribution va au-delà du simple besoin de réorganiser ses opérations. Les copropriétaires Véronique Dion, René Cloutier et Jean-Rémy Cloutier ont tenu à ce que les installations tiennent compte de l’expansion future de l’entreprise. « Le centre pourra recevoir trois représentants additionnels, une salle de formation pour les détaillants et une salle de gym pour les employés, précise Véronique Dion, directrice générale. De plus, le terrain de Sainte-Cécile-de-Milton est suffisamment grand pour accueillir deux phases d’agrandissement. »

Expansion rapide

L’entreprise Agriclé a été fondée en 1985 par Liliane et Pierre Clérinx, deux Belges venus s’établir au Canada pour y vendre les produits d’abreuvement du fabricant Suevia. Seize ans plus tard, M. et Mme Clérinx voulaient prendre leur retraite, mais n’avaient pas de relève.

Riches de leur expérience précédente en entrepreneuriat, Véronique et René décident de faire l’acquisition d’Agriclé en 2001 en établissant le commerce dans le garage de leur ferme à Saint-Liboire.

Deux ans plus tard, Agriclé faisait l’acquisition d’un centre de matériaux et déménageait à Saint-Dominique. L’entreprise a pu ainsi élargir son bassin de clients potentiels en rejoignant le secteur agroalimentaire, mais aussi résidentiel et industriel.

Les deux entrepreneurs ont compris que s’ils voulaient voir Agriclé prospérer, ils devaient proposer des produits de qualité. « Notre but est d’offrir à notre clientèle des produits qui possèdent une longue durée de vie », précise René Cloutier.

L’autre grande force d’Agriclé réside dans la qualité de son service. L’entreprise compte dans son équipe des experts pour chaque domaine de distribution, autant à l’interne qu’à l’externe. Elle a également mis sur pied un programme de transfert de connaissances qui comprend formations, conférences et ateliers pour mieux épauler les détaillants.

Aujourd’hui, l’entreprise de 17 employés distribue des équipements partout en Amérique du Nord. Agriclé figure d’ailleurs depuis deux années consécutives dans le classement Growth 500, qui recense les sociétés canadiennes ayant connu la plus grande croissance de leur chiffre d’affaires. « Notre objectif est de doubler notre volume en 10 ans », mentionne Véronique Dion.

La relève, moteur d’innovation

L’implication de Jean-Rémy, le fils de Véronique et de René, n’est pas étrangère à l’expansion rapide d’Agriclé. Impliqué dans l’entreprise familiale depuis un jeune âge, il a fait ses études aux HEC pour accompagner ses parents. « C’est lorsque j’ai participé à un programme de relève en entreprise qu’on m’a fortement recommandé de retourner sur les bancs d’école. L’expérience a été très bénéfique parce que ça m’a permis de découvrir de nouveaux outils et d’acquérir des connaissances utiles à l’entreprise », témoigne celui qui est désormais directeur des opérations.

L’entreprise, déjà innovatrice, publiait en 2008 le premier catalogue agricole du Québec, aujourd’hui tiré à 3 000 exemplaires et distribué dans les expositions agricoles. Puis, l’année suivante, Agriclé lançait le premier site d’achats agricoles de la province.

« Nos façons de faire ont beaucoup changé. Ce que Jean-Rémy a appris à l’université, on l’a appliqué à l’entreprise, explique Véronique Dion. Ça nous a donné des outils supplémentaires pour mieux accomplir notre mission : maintenir un service exceptionnel auprès de nos clients, qui sont la raison d’être d’Agriclé. Notre vision de l’évolution de l’entreprise est de constamment nous surpasser pour dénicher et distribuer des produits de qualité et partager notre expertise afin d’en faire bénéficier nos partenaires, clients et employés. » 


Ce portrait d’entreprise d’ici est une présentation de