fbpx
La coopérative a inauguré en 2018 Delta Canada, une nouvelle station de sélection au Manitoba.

La coopérative a inauguré en 2018 Delta Canada, une nouvelle station de sélection au Manitoba.

Topigs Norsvin : une expertise de calibre mondial au service des Québécois

Dans un marché hautement compétitif où les préoccupations pour l’environnement et le bien-être animal s’ajoutent à la nécessité d’avoir une production rentable, les éleveurs de porcs doivent pouvoir se fier à du matériel génétique qui répond aux meilleurs standards de l’industrie. C’est ici qu’entre en scène Topigs Norsvin.

Présente dans 56 pays, cette entreprise est issue de la fusion de la coopérative hollandaise Topigs et de la coopérative norvégienne Norsvin en 2014. « Notre coopérative demeure la propriété des producteurs et travaille pour les producteurs, résume Cam McGavin, directeur général de Topigs Norsvin Canada. Cependant notre modèle est différent; plutôt que de recevoir une ristourne à la fin de l’année, les membres bénéficient de l’amélioration constante de notre matériel génétique. »

Afin de consolider sa présence au pays, la coopérative a inauguré en 2018 Delta Canada, une nouvelle station de sélection au Manitoba, qui est la deuxième du genre pour l’entreprise. Cette installation, qui a nécessité un investissement de 15 M$, permet de tester les verrats de la lignée femelle Large White et les verrats terminaux TN Tempo. Les progrès génétiques qui y sont réalisés bénéficient à l’ensemble des clients de Topigs Norsvin dans le monde. La station est notamment équipée d’un scanneur CT et de stations IFIR assurant le suivi des consommations alimentaires individuelles.

En outre, la coopérative se démarque par ses efforts constants en matière de recherche dans divers domaines. En voici quelques exemples : la réduction de l’odeur mâle dans la viande, la conformité aux nouvelles réglementations pour un meilleur bien-être animal, la longévité, la reproduction et, bien entendu, la qualité de la viande, avec des investissements annuels de 40 M$ dans la recherche et le développement.

La coopérative a été la première au monde à utiliser le scanneur CT à grande échelle  pour améliorer la sélection, et ce, depuis 2008.

La coopérative a été la première au monde à utiliser le scanneur CT à grande échelle pour améliorer la sélection, et ce, depuis 2008.

Une vision globale de la sélection

Le succès de Topigs Norsvin dans le monde repose sur un concept phare : la sélection équilibrée globale. « Selon ce principe, nous tenons compte dans la sélection de tous les aspects ayant ou pouvant avoir un impact financier dans l’ensemble de la chaîne de production de la conception jusqu’à l’assiette du consommateur », résume Cam McGavin. Concrètement, cela signifie que l’équipe de R et D de la coopérative conçoit des modèles de sélection incluant une quantité phénoménale de traits de sélection, et ce, dans les proportions adéquates. « Plutôt que de mettre l’accent d’excellence que sur quelques traits spécifiques avec le risque de développer des animaux avec des lacunes pour d’autres traits, notre objectif est de parvenir à produire les animaux les plus équilibrés possible pour rencontrer et surpasser les besoins de chaque maillon de la chaîne de production, que ce soit pour le naisseur, le finisseur, le transformateur ou le consommateur », illustre André Lavergne, agronome et représentant au développement des affaires pour le Québec chez Topigs Norsvin.

Le meilleur exemple de la matérialisation de cette philosophie est la création de la cochette TN70. Résultat de plusieurs années de travail acharné, cette truie se distingue par son fort instinct maternel, sa production de lait et sa robustesse en plus de sa capacité à donner naissance à de nombreux porcelets égaux, vigoureux et à croissance rapide.

La truie TN70 se distingue par son fort instinct maternel, sa production de lait  et sa robustesse en plus de sa capacité à donner naissance à de nombreux porcelets  égaux, vigoureux et à croissance rapide.

La truie TN70 se distingue par son fort instinct maternel, sa production de lait
et sa robustesse en plus de sa capacité à donner naissance à de nombreux porcelets
égaux, vigoureux et à croissance rapide.

Afin d’améliorer la prévisibilité des lignées génétiques, Topigs Norsvin inclut dans son programme de sélection l’utilisation d’une Sélection Combinée Race Pure et Croisée (programme SCRPC). Cette approche est employée dans plusieurs fermes de la coopérative à travers le monde pour tester les performances des différents produits génétiques. Ce type de fermes permet entre autres de recueillir les informations individuelles des porcs croisés en finition en temps réel, contribuant ainsi à l’exactitude de la valeur génétique des individus pur-sang de la prochaine génération des nucleus ainsi que de permettre la comparaison de verrats terminaux dans différents environnements et styles de régie de façon objective. Topigs Norsvin peut d’ailleurs s’enorgueillir d’avoir l’une des meilleures fermes SCRPC du monde au Manitoba, qui est une unité moderne de type naisseur-finisseur de 600 truies.

Pour développer constamment son approche de sélection équilibrée mondiale, les stations de Topigs Norsvin s’appuient sur des techniques de pointe. La coopérative a été d’ailleurs la première au monde à utiliser le scanneur CT à grande échelle pour améliorer la sélection, et ce, depuis 2008. Sa station canadienne fournit par conséquent une précision incroyable pour certains traits à la sélection des géniteurs de demain.

Bâtir des ponts avec les éleveurs du Québec

André Lavergne

André Lavergne

La coopérative, qui jouit d’une excellente réputation auprès des éleveurs dans le monde et le Canada anglais, demeure pour l’instant méconnue au Québec, principalement en raison de la barrière linguistique. « La situation est rapidement appelée à changer, car Topigs Norsvin entend faire profiter les éleveurs de porcs du Québec de son expertise mondiale en matière de génétique et de nutrition. Notre premier pas dans cette direction est le recrutement d’André Lavergne comme représentant du développement des affaires pour le Québec, signale Cam McGavin. Il assurera également le service technique sur le territoire. »

Toujours dans sa volonté de mieux servir les producteurs du Québec, la coopérative a envoyé au Centre d’insémination porcine du Québec (CIPQ) ses premiers verrats Norsvin Duroc, offerts pour la vente de semence à compter du mois d’août. La prochaine étape sera d’élever ici même au Québec les reproducteurs.


Ce portrait d’entreprise d’ici est une présentation de