fbpx
À la base du succès de Fromages CDA, on trouve une équipe tricotée serrée, des clients indéfectibles et des produits d’exception. Photos : Gracieuseté de Fromages CDA

À la base du succès de Fromages CDA, on trouve une équipe tricotée serrée, des clients indéfectibles et des produits d’exception. Photos : Gracieuseté de Fromages CDA

Fromages CDA : reconnaissante pour son année exceptionnelle

Être au bon endroit, au bon moment. L’expression ne saurait mieux convenir à Fromages CDA. D’abord plongée dans l’incertitude par la pandémie, l’entreprise spécialisée dans la commercialisation de fromages fins a connu une croissance phénoménale de ses ventes, propulsée par l’engouement des Québécois pour l’achat local. À la base de ce succès, une équipe tricotée serrée, des clients indéfectibles et des produits d’exception.

« La pandémie a changé beaucoup de choses pour nous, mais elle a surtout permis de tisser des liens encore plus forts avec nos partenaires fromagers qui ont traversé cette tempête à nos côtés », confie Daniel Allard, président des Fromages CDA, qui représente une vingtaine d’artisans.

Comme pour plusieurs entreprises agroalimentaires, la première vague de la COVID-19 et les mesures d’urgence ont plongé dans l’incertitude les Fromages CDA et ses partenaires. « Pendant trois semaines, on s’est retrouvés dans le néant total. Les restaurants et les hôtels étaient soudainement fermés, les boutiques se retrouvaient en difficulté et les chaînes de détail en avaient plein les bras, tandis que notre entrepôt était plein, se remémore M. Allard. Chaque semaine, on avait une vidéoconférence avec les fromagers pour tenter de trouver des solutions. »

Un début de réponse est venu en avril 2020 avec le lancement d’un partenariat avec un restaurateur bien connu, Jérôme Ferrer, qui a proposé d’inclure les fromages fins distribués par l’entreprise dans La Boîte du chef. « Cette aide phénoménale nous a permis d’écouler une partie de nos stocks à un moment où on en avait bien besoin », commente Daniel Allard.

Une mobilisation immense

Le vent a véritablement tourné le 5 avril 2020, lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a appelé la population à soutenir l’achat local pour relancer l’économie. « Tout à coup, les astres s’alignaient pour nous. Promouvoir l’achat local, c’est ce qu’on fait depuis le début. Dans les semaines et les mois qui ont suivi, nos fromagers ont donné tout ce qu’ils avaient », raconte-t-il.

La demande était si forte que l’entreprise s’est retrouvée en rupture de stock, ce qui a nécessité par la suite des ajustements. L’engouement pour les fromages fins faits à partir de 100 % de lait liquide offerts par les Fromages CDA s’est traduit par une augmentation des ventes de plusieurs millions de dollars. « Une chance qu’on avait de bons fromagers à nos côtés. On a bénéficié des circonstances, même si le contexte était difficile sur le plan humain. »

De nouvelles occasions

L’engouement du public pour les produits québécois s’est reflété à plusieurs niveaux. « Les Fermes Lufa, avec qui on faisait déjà affaire, ont connu une nette progression de leurs abonnements. Cela nous a donné un gros coup de pouce et il a fallu trouver des produits supplémentaires pour leurs paniers. » Par ailleurs, le vif intérêt des consommateurs pour les produits de niche a permis à l’entreprise de trouver de nouveaux débouchés pour son catalogue de fromages faits de lait biologique.

L’entreprise distribue des fromages fins faits à partir de 100 % de lait liquide.

L’entreprise distribue des fromages fins faits à partir de 100 % de lait liquide.

Un coup de circuit

L’entreprise pouvant organiser de 80 à 90 dégustations par semaine dans les magasins d’alimentation en plus de ses participations dans des événements avant la pandémie, toute l’équipe de Fromages CDA a dû rapidement adapter ses pratiques. « Les employés ont fait un travail remarquable pour suivre la cadence, et nos clients, que ce soit les grandes chaînes d’alimentation ou les boutiques spécialisées, ont fait preuve de beaucoup de créativité pour mettre nos produits en valeur », relève le dirigeant.

La création d’un calendrier de l’avent avec 24 fromages fins offre un bel exemple de cet élan créatif pour placer sous les projecteurs les produits du terroir. « À la suggestion d’IGA et de Sobeys, on nous a demandé de produire un calendrier de fromages québécois pour remplacer les produits européens. Cela a été un défi logistique considérable, mais ce fut une belle collaboration avec la chaîne, les fromagers et notre entreprise. Une idée folle s’est réalisée », souligne Daniel Allard, qui précise que l’opération a nécessité 4 000 kg de fromages.

Des experts en commercialisation

Chose certaine, même en cette période d’incertitude, les fromagers ont pu compter sur le savoir-faire et le soutien indéfectible des Fromages CDA, dont le modèle d’affaires a fait ses preuves. L’entreprise négocie un prix d’achat avec le fromager pour ensuite s’occuper de la commercialisation, du transport, de la promotion et du prix au détail. Ainsi, une fromagerie de plus petite taille peut bénéficier d’un réseau de distribution étendu tout en se concentrant sur la qualité de son produit, et ce, peu importe son volume. Cette façon de procéder permet de simplifier les tâches administratives du producteur et du détaillant. « Grâce au talent et à la confiance de nos partenaires fromagers, cette épreuve nous a permis de mieux grandir ensemble », salue Daniel Allard. 


Ce portrait d’entreprise d’ici est une présentation de