fbpx
Greenfield Global, à Varennes, en Montérégie

Greenfield Global, à Varennes, en Montérégie

Boeuf Québec : leadership et innovation pour un boeuf durable

En créant Bœuf Québec, la Société des parcs d’engraissement du Québec a pris les commandes de la mise en valeur des produits du bœuf transformés au Québec, non seulement pour développer une filière au Québec, mais aussi pour offrir des produits de viande bovine ayant un impact moindre sur l’environnement.

Il fut un temps où l’ensemble des bouvillons québécois prenaient la route pour que leur viande soit transformée à l’extérieur des limites du Québec. Cette période est maintenant en partie révolue grâce à l’avènement de transformateurs locaux dans la filière de viande bovine québécoise. 

Dany Fortin, coordonnateur communication et développement durable

Dany Fortin, coordonnateur communication et développement durable

En favorisant l’établissement de circuits plus courts de la ferme à la table, Bœuf Québec permet aux acteurs de l’industrie de réduire leurs émissions de GES. Et ce n’est là qu’un pas fait par l’industrie pour améliorer ses pratiques en environnement. 

Les éleveurs québécois respectent déjà des normes de production parmi les plus élevées au monde et continuent d’améliorer leurs pratiques afin de rehausser d’une part la qualité des aliments, mais aussi le bien-être animal et l’empreinte globale de leur entreprise sur l’environnement. 

C’est dans cette optique que Bœuf Québec soutient le développement de la production durable par son adhésion à la Table ronde canadienne pour le bœuf durable. Le partenariat invite ainsi les éleveurs bovins québécois à adhérer à la certification VBP+ (Verified Beef Production Plus), un programme pancanadien qui permet à des auditeurs d’attester des bonnes pratiques en ce qui a trait à l’environnement, la santé, le bien-être animal et la salubrité des aliments. 

« Notre engagement, c’est d’une part améliorer l’achat local de viandes bovines, mais aussi d’assurer des produits de qualité avec un impact limité sur l’environnement », rappelle d’ailleurs M. Gascon. C’est pourquoi ils souhaitent développer un meilleur boeuf. 

Yvan Richard, chargé de projet, productivité

Yvan Richard, chargé de projet, productivité

La certification VBP+ permet aux éleveurs de bovins de boucherie certifiés de prouver aux consommateurs et aux détaillants que leur exploitation respecte les normes les plus élevées en matière de salubrité des aliments, de soins aux animaux et d’intendance environnementale, dans une perspective de production durable. 

Le programme s’aligne à la fois sur le code de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie, la norme nationale de biosécurité pour les fermes canadiennes de bovins de boucherie ainsi que les travaux d’indicateurs de durabilité de la Table ronde canadienne pour le bœuf durable. Il permet ainsi de garantir des pratiques et des principes rigoureux de soins aux animaux, de biosécurité et d’environnement. 

Ces pratiques vont de l’utilisation de terres pour le pâturage au stockage des fumiers bovins pour engraisser les terres. Elles reposent aussi sur l’engraissement des animaux par du maïs produit localement, sur une utilisation raisonnée des antibiotiques et sur la protection des plans d’eau autour des fermes d’élevage. 

Jean-Sébastien Gascon souligne que deux actions importantes ont été réalisées par Bœuf Québec en 2022 pour amener plus loin le programme. 

D’une part, l’agro-économiste Yvan Richard a été engagé pour développer la carcasse Boeuf Québec. L’objectif est d’améliorer la productivité de la carcasse, ce qui devrait contribuer à l’amélioration de la rentabilité des entreprises de la filière et à réduire l’empreinte écologique de la production. 

D’autre part, Bœuf Québec a embauché Dany Fortin, éco-conseiller, afin de développer et piloter le plan de production durable de Bœuf Québec pour les 5 prochaines années, notamment au niveau de la transformation. À l’extension, il sera aussi en charge de mieux communiquer les efforts de Bœuf Québec en matière de durabilité auprès des consommateurs et des partenaires. 

La Journée champêtre annuelle 

Pour démontrer son implication dans l’économie circulaire, la Société des parcs d’engraissement du Québec innove cette année et tient sa journée champêtre annuelle le 13 août chez Greenfield Global.Bœuf Québec ne cache pas ses ambitions. En démarrant l’année 2022, le regroupement avait un objectif clair en tête : doubler ses ventes de viande de bœuf québécois. 


Ce portrait d’entreprise a été publié dans notre cahier spécial « Vos aliments, notre fierté !», propulsé par :