fbpx
Le mois d’août devrait être chaud et sec au sud du Québec et plus frais et peut-être plus pluvieux dans les secteurs plus au nord. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Le mois d’août devrait être chaud et sec au sud du Québec et plus frais et peut-être plus pluvieux dans les secteurs plus au nord. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Météo d’août : une valse de dômes chauds et froids

Un dôme de chaleur, venant des États-Unis, chauffera le Québec au début du mois d’août, mais sera cependant suivi d’un dôme d’air froid qui refroidira les amateurs de piscine avant qu’un autre dôme de chaleur ne vienne clore le mois, résume Réjean Ouimet, météorologue et présentateur chez MétéoMédia.

Le mois d’août sera chaud durant ses dix premiers jours. « Ce sera relativement constant. Le sud du Québec aura une bonne garantie de chaleur, dit le météorologue. La frontière du dôme d’air chaud partira des États-Unis et s’arrêtera en Abitibi, à Chibougamau, dans la Haute-Mauricie et dans l’Est-du-Québec. Ces secteurs, qui sont sur la limite, n’auront pas de chaleur tous les jours et elle sera moins intense. Ils auront aussi de plus grandes possibilités d’orage. »

La première partie d’août devrait être sèche, un peu à l’image du mois au complet. « De gros régimes de pluie rinceront ensuite toute la province, on ne voit pas ça souvent en août. L’extrême sud du Québec devrait recevoir moins de précipitations, mais quand ça va tomber, ça va tomber », avertit-il.

Après le 10 août environ, un dôme d’air froid provenant du nord descendra sur le Québec et chassera le dôme d’air chaud. « On aura un petit flottement, ce sera plus froid que la moyenne. Plus nous irons vers les régions au nord, plus les températures fléchiront. Ce sera un petit avant-goût de l’automne pour certaines régions. Est-ce qu’on pourrait vivre à Chibougamau nos premières gelées la nuit? », s’interroge M. Ouimet, qui prévoit pour cette période des températures « dans la petite vingtaine » pour les secteurs plus nordiques, et entre 23 et 25 °C pour le sud du Québec. « Ce sera peut-être gênant pour la baignade, mais ce sera bon pour nos bons travailleurs aux champs », commente-t-il. Ce passage du chaud vers le froid pourrait entraîner un peu plus de nuages et des systèmes plus organisés avec des précipitations. 

Les 10 derniers jours semblent tendre la main à la chaleur, dit le météorologue. « C’est le dôme d’air chaud qui revient des États-Unis, avec de belles conditions d’été. Si ce dôme d’air chaud est stable, tout ira bien. Sinon, nous pourrions avoir des orages », précise-t-il.

Les tempêtes

Réjean Ouimet conseille de ne pas oublier la saison des tempêtes tropicales, qui atteint son sommet vers le 10 septembre. « Il faudra voir où elles vont, si elles rentrent dans les terres ou si elles passent seulement sur les maritimes et les Îles-de-la-Madeleine, comme c’est souvent le cas. Mais ça, c’est une long shot; ces tempêtes font partie du paysage météo de la fin août, et c’est rare qu’elles nous frappent de plein fouet. Ça ne veut pas dire qu’on ne sera pas touchés. Si c’est le cas, une seule tempête peut doubler les précipitations du mois », illustre-t-il.

Juillet sans record

Le mois de juillet nous apparaît chaud, mais en vérité, il termine à peine au-dessus des normales. « Les températures de la première moitié étaient sous les normales de saison, surtout les minimums, c’est-à-dire les températures de nuit. Sauf que, depuis le 16 juillet, on a ramené pas mal de chaleur sur le Québec », précise le météorologue.

Sur le plan des précipitations, le mois a été différent selon les régions. Montréal a enregistré 6 jours de précipitation tandis que Saguenay en a cumulé 19… « Si je compte tout, c’est pratiquement deux journées sur trois », compare-t-il.